"On ne touche pas au pouvoir d'achat du citoyen"

C'est ce qu'ont martelé des membres du gouvernement ce dimanche à l'issue du comité ministériel restreint. Certaines mesures affecteront néanmoins directement le citoyen, comme l'augmentation des accises sur le tabac.

"On ne touche pas au pouvoir d'achat du citoyen"
©Photo News
Leslie Berdelou et Jonas Legge

Après une semaine de travail, les 1,82 milliard ont donc été trouvés, par le comité ministériel restreint, pour l'assainissement budgétaire. 350 millions d'économies en plus, et 150 millions de réserve complémentaire, ont également été dégotés et mis de côté, sous forme de "réserve".

La technique de la "rape à fromage" n'aurait pas été prisée. Les citoyens, via le pouvoir d'achat, et les entreprises, via la compétitive, ne seraient donc pas touchés.

"On a voulu éviter ce qui se fait dans les pays étrangers, comme l'augmentation de la TVA", a affirmé Laurette Onkelinx, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique.

"C'est vrai qu'il va y avoir de nouvelles taxes" concède le ministre du Budget, Olivier Chastel, "mais elles n'affecteront pas le citoyen". "Nous avons mis de la douceur dans la rigueur" clame Joelle Milquet, la ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des chances, soutenue par Laurette Onkelinx qui dit avoir cherché, avec ses collègues, de la rigueur et pas de l'austérité.

Les entreprises également semblent épargnées. La secrétaire générale de la FGTB, Anne Demelenne, se dit d'ailleurs "momentanément soulagée" concernant le saut de l'Index. Elle regrette toutefois que les mesures fiscales ne soient pas allées plus loin: "Plus une entreprise est petite, plus elle paie d'impôt, et cela ne va pas beaucoup changer."

Mais voilà, la question est sur toutes les lèvres: "Où ont-ils trouvé les 2 milliards tant attendus ?"

Les opérations boursières vont être taxées, les banques étrangères devront contribuer davantage, et le prix du tabacs va augmenter. "De 10 centimes par paquet", affirme Olivier Chastel, ce qui représentera un gain de 60 millions d'euros.

Laurette Onkelinx parle quant à elle d'économies sur les soins de santé. "Le prix de certains médicaments va baisser, cela permettra des économies pour la sécurité sociale, mais également les patients." Il s'agira également de lutter de manière plus significative contre la fraude sociale et fiscale. "Nous n'aurons jamais été aussi loin en matière de fraude" a assuré la ministre des Affaires sociales.

L'indexation des prix de l'énergie sera gelé, c'est en tout cas ce qu'a réaffirmé Joelle Milquet.

Mais pour Muriel Gerkens (Ecolo), dans cet ajustement, "il y a des opportunités et des orientations de relance qui n'ont pas été saisies. Le gouvernement ne fait pas preuve d'un projet collectif."

Invité de "L'indiscret", le nouveau co-président du parti Ecolo, Olivier Deleuze, a indiqué que son parti aurait demandé que les mesures de soutien à la compétitivité des entreprises soient liées à de la création d'emploi, aux technologies du futur et au développement durable. Pour lui, le projet d'ajustement budgétaire auquel le gouvernement a abouti au milieu de la nuit est un peu flou.


Voici quelques-uns des aménagements au niveau de la réduction de dépenses, de l'augmentation des recettes et des "autres mesures": 1) réductions de dépenses - Réduction notamment des frais de justice, de police, de la station polaire, du secteur pharmaceutique et au niveau de l'administration (100 millions d'euros). - Report de l’achat d’hélicoptères. 2) augmentations de recettes - Augmentation des accises sur le tabac : 10 cents par paquet. - Prélèvement supplémentaire sur les banques étrangères présentes chez nous. - Lutte contre le travail au noir renforcée. - Taxe sur les transactions boursières : 37 millions au niveau des sicaves et actions. 3) "autres mesures" - bpost remboursera cette année des aides indûment perçues (290 millions). - L’Etat ne financera plus des compétences "usurpées" ou "fantômes" qui ont été clairement transférées aux Régions.


Sur le même sujet