Edito: le bal des hypocrites

Dimanche midi, sur la Une télé, il fut question de sécurité, thème central de la campagne électorale en cours. Avec une belle unanimité, les représentants politiques francophones réunis sur le plateau ont réclamé davantage de présence policière sur le terrain et plus de moyens pour la Justice, autrement dit des magistrats supplémentaires, au parquet comme au siège.

Edito: le bal des hypocrites
©BELGA

Dimanche midi, sur la Une télé, il fut question de sécurité, thème central de la campagne électorale en cours. Avec une belle unanimité, les représentants politiques francophones réunis sur le plateau ont réclamé davantage de présence policière sur le terrain et plus de moyens pour la Justice, autrement dit des magistrats supplémentaires, au parquet comme au siège.

Il serait malséant d’affirmer que tous les invités du débat dominical de la RTBF n’ont jamais tenu le discours qu’ils martelaient dimanche. Mais la plupart appartiennent à des formations politiques aux commandes du pays depuis des lustres et qui n’ont guère brillé, c’est un euphémisme, par leur volonté de fournir à la justice la force de frappe matérielle et surtout humaine nécessaire pour agir rapidement et efficacement contre les délinquants.

Exemple : si, dans de nombreux tribunaux, la procédure accélérée est impossible à appliquer, ce n’est pas parce que les juges y sont paresseux, c’est parce que le cadre n’est pas rempli et qu’il n’est pas possible de faire fonctionner les chambres qui pourraient accomplir utilement cette tâche.

On aimerait que les hommes politiques francophones et plus encore flamands, longtemps si prompts à paralyser la justice bruxelloise par des exigences linguistiques baroques, se souviennent de l’état de misère de l’institution judiciaire (et y remédient) à d’autres moments qu’à l’approche des échéances électorales, quand tout est permis, même les déclarations hypocrites, pour attraper le chaland.