Brabant wallon- Quelques cumulus dans le ciel bleu

La plus jeune des provinces du sud du pays se caractérise par son ciel bleu. Au cours de la législature locale 2006-2012, le MR figurait dans 21 majorités communales sur 27 et détenait 13 maïorats. Et on ne s’attendait pas, dimanche, à voir beaucoup de nuages, sinon des cumulus... internes.

Brabant wallon- Quelques cumulus dans le ciel bleu
©Alexis Haulot
An.H.

La plus jeune des provinces du sud du pays se caractérise par son ciel bleu. Au cours de la législature locale 2006-2012, le MR figurait dans 21 majorités communales sur 27 et détenait 13 maïorats. Et on ne s’attendait pas, dimanche, à voir beaucoup de nuages, sinon des cumulus... internes.

Les réformateurs n’avaient aucune raison de trembler à Genappe, Villers-la-Ville et Waterloo où, en 2006, Gérard Couronné, Emmanuel Burton et Serge Kubla l’avaient emporté, sans discussion, à la majorité absolue. Ils ont remis le couvert dimanche.

Même cas de figure à Wavre, où Charles Michel a reconduit sa majorité absolue, parvenant à convaincre que sa fonction de président du MR ne le détournait pas de la cité du Maca. Idem à Lasne où le MR a raflé 65,8 % des voix. Ce fief libéral ne risquait pas de changer de couleur. Mais la bourgmestre sortante Brigitte Defalque (1 774 voix) a dû céder l’écharpe maïorale à une colistière, Laurence Rothier, la fille de l’ancien maïeur, qui a totalisé 2 261 voix.

Le même suspense interne planait à Jodoigne, où le MR a renforcé dimanche sa majorité absolue, en répétant un scénario déjà éprouvé en 2006. À l’époque, Jean-Paul Wahl, le bourgmestre sortant, était déjà au coude à coude avec Jean-Luc Meurice, son populaire premier échevin, le battant de 42 voix. Cette fois, les deux colistiers ont récolté le même nombre de voix (1 948), exactement ! Dans ce cas de figure, c’est l’ordre de la liste qui désigne le vainqueur : Wahl était premier, Meurice troisième...

Dans les communes où le MR a bétonné son maïorat en se présentant en cartel, pas de surprise. À Braine-l’Alleud, Vincent Scourneau, avec le PS, garde la majorité absolue. À Court-Saint-Etienne, Michaël Goblet d’Alviella, allié au CDH, rempile. Tout comme Christophe Dister, allié au PS et à Ecolo à La Hulpe.

Le match était plus incertain à Chastre pour Claude Jossart, allié au PS et au CDH. Contesté en interne, le bourgmestre a fait fuir plusieurs membres de sa propre majorité ; mais il s’est maintenu.

Il reste un point d’interrogation à Mont-Saint-Guibert, dont le bourgmestre Jean-Claude Breuer est décédé sous la précédente législature. Son Union communale (MR/PS/CDH) avait explosé. Une partie s’est retrouvée, alliée avec le PS, derrière le MR Gérard Jacques (4 sièges) ; l’autre derrière le bourgmestre sortant Paul Jadoul, avec des CDH et des indépendants (8 sièges). Ecolo qui fait une percée éclatante (5 sièges) fera pencher la balance.

À Nivelles, le bourgmestre MR sortant Pierre Huart conforte son score. Mais avec qui s’alliera-t-il ? Le CDH, son partenaire sortant, en recul, ou le PS d’André Flahaut (qui ne sera pas maïeur) ?

À Chaumont-Gistoux, la liste du bourgmestre Luc Decorte (ARC) a eu la majorité absolue, tout comme les IC de Danny Degrauwe à Ramillies, malgré la division des libéraux. À Rixensart, le bourgmestre sortant Jean Vanderbecken rempile aussi.

Le PS comptait 6 bourgmestres dans le Brabant wallon. Laurence Smets, en cartel avec le MR à Walhain, décroche la majorité absolue (d’un siège). Elle pourrait repartir pour un tour avec ses alliés Ecolo, qui gagnent un siège. À Rebecq, le tableau est plus compliqué pour Dimitri Legasse, qui a vu déguerpir des camarades et s’est retrouvé en minorité au conseil communal : les uns et les autres se retrouvent dos à dos, avec 8 sièges. Ecolo et le MR joueront les arbitres. À Ittre, la tripartite d’Axel François ne sera pas forcément reconduite.

Les bourgmestres socialistes à la tête d’un cartel étaient certains de rester : Léon Walry (avec MR et CDH) à Incourt ; Marc Deconinck (avec MR et CDH) à Beauvechain et Hughes Genne (avec Ecolo) à Orp-Jauche. Confirmé.

C’est dans les rangs CDH qu’on trouve le seul bourgmestre sortant à ne pas se représenter : Gérard Lemaire, à Braine-le-Château. Le Renouveau brainois, qui a conservé la majorité absolue, devra lui trouver un successeur. À Perwez, le ministre wallon CDH André Antoine restera le bourgmestre (empêché). Pour assurer sa majorité absolue, il avait formé un cartel avec le PS, qui l’a emporté avec 59 % des voix sur l’autre cartel MR-Ecolo. À Tubize, Raymond Langendries, qui briguait un quatrième mandat, perd le maiorat. PS et MR annoncent un accord, avec une possibilité de s’ouvrir à Ecolo. À Grez-Doiceau, le bourgmestre sortant Alain Clabots (tendance CDH) a été battu par l’ancienne bourgmestre libérale Sybille de Coster, qui a récupéré l’écharpe maïorale cédée en 2006. À Hélécine, Rudi Cloots (CDH), allié au MR, gardera, lui, son poste.

Enfin, à Ottignies-Louvain-la Neuve, le maïorat reste vert et Jean-Luc Roland rempile pour un troisième mandat. Ecolo avait signé un accord préélectoral avec le CDH et le PS pour garder le premier parti de la commune, le MR de Jacques Otlet, dans l’opposition. C’est fait.

Sur le même sujet