Valse fédérale après les communales

Nombreux sont ceux qui se sont présentés sur les listes communales et qui, pourtant élus, n'y siégeront pas. Deux cas dérogent à la règle : Paul Magnette et Vincent Van Quickenborne ont décidé de troquer leur porte-feuille fédéral pour l'écharpe mayorale. Quid de leur place de Ministre laissée vacante ?

Valse fédérale après les communales
©Photo News montage
V. Vvy (avec Belga)

Ils l'avaient annoncé : au cas où ils étaient élus bourgmestre dans leur commune, ils y assumeraient leurs nouvelles responsabilités. Ainsi, Paul Magnette (PS) et Vincent Van Quickenborne (Open VLD) dirigeront désormais leur ville, respectivement à Charleroi et à Courtrai. Si l'un a obtenu la majorité absolue, l'autre a terminé deuxième mais a grillé, grâce à un accord de coalition, le mayorat au CD&V de Stefaan De Clerck.

Ce choix a une conséquence immédiate puisqu'il se fait aux dépens de leur porte-feuille ministériel au niveau fédéral. Quels sont ceux qui, dès lors, les remplaceront au sein du gouvernement Di Rupo ?

On évoque Philippe Courard pour reprendre le ministère des Entreprises publiques détenu jusqu'ici par l'homme fort de Charleroi. Bémol : l'actuel Secrétaire d’État aux Affaires sociales a été battu dans sa commune d'Hotton. Et puis, il n'est pas carolo. Son départ laisserait de plus une autre place vacante. Alors, qui au sein du Parti Socialiste pour occuper cette fonction ?

Le vice-Premier Open VLD Vincent Van Quickenborne quittera lui aussi le gouvernement fédéral. Là non plus, aucun nom ne se distingue encore. Les Libéraux flamands n'ont pas cartonné et leur président, Alexander de Croo ne s'en retrouve que davantage fragilisé. Son mandat se termine en décembre. Reprendra-t-il lui même le flambeau ?

A Bruxelles aussi, il pourrait y avoir du changement

Benoît Cerexhe (CDH) ceindra l'écharpe mayorale à Woluwe-Saint-Pierre. Il avait annoncé qu'il quitterait sa fonction ministérielle pour remplir son mandat local, ce qui va donc entrainer également un remaniement du gouvernement bruxellois.

De son côté, le ministre-président Charles Picqué (PS) restera le bourgmestre empêché de Saint-Gilles. On ne sait pas encore exactement quelle sera la situation du secrétaire d'Etat bruxellois à la Propreté et à l'Urbanisme Emir Kir (PS) qui brigue le mayorat de Saint-Josse-ten-Noode.

Pas mal de bourgmestres empêchés

Le Premier ministre Elio Di Rupo (PS) et le ministre de la Défense Pieter De Crem (CD&V) restent dans l'exécutif fédéral et seront respectivement bourgmestres empêchés de Mons et d'Aalter.

Au gouvernement wallon, le ministre-président Rudy Demotte (PS) ainsi que les ministres des Pouvoir locaux Paul Furlan (PS), de l'Agriculture Carlo di Antonio (cdH) et du Budget, des Finances et de l'Emploi André Antoine (cdH) seront des bourgmestres empêchés. Le premier à Tournai et les trois suivants à Thuin, Dour et Perwez.

Les élections ne devraient pas avoir d'influence sur la composition de l'exécutif régional.

Au gouvernement flamand, aucun ministre ne devient bourgmestre.


Sur le même sujet