Maingain : "Je veux assumer l’autonomie du FDF"

Olivier Maingain est candidat à sa succession à la présidence du FDF. C’est Didier Gosuin qui devra tirer la la liste régionale en 2014, dit-il. Entretien.

Mathieu Colleyn
Maingain : "Je veux assumer l’autonomie du FDF"
©Christophe Bortels

Entretien

Olivier Maingain souhaite rester à la tête du FDF. Il s’en explique.

Vous êtes candidat à votre propre succession à la tête du FDF. Pourquoi ?

Oui. Pour plusieurs motifs. Un, parce que je veux assumer jusqu’aux élections de 2014 la décision que j’ai prise, en accord avec la direction du parti, de redonner pleinement au FDF son autonomie et donc son influence politique. Deux, les élections communales ont montré que nous avons fait le bon choix. Là où nous étions forts nous le sommes davantage même sans le MR et parfois, là où nous n’étions plus très présents, nous avons repris pied. Ensuite parce que je reste très attaché à notre dynamique en Wallonie. Les résultats sont modestes et ne nous permettent pas de garantir la pérennité de notre action en Wallonie, mais ils nous ont permis de nous placer dans le paysage politique wallon plus vite et mieux que d’autres formations politiques. Soyons honnêtes, ce n’est pas encore suffisamment significatif pour nous permettre de construire sur la durée, mais justement, j’ai envie de réussir ce pari et de m’y consacrer pleinement. Je crois que ma notoriété peut aider.

Est-ce que votre candidature n’est pas le signe d’une absence de relève au sein de votre parti ?

Nullement. Tant mieux si d’autres ont la volonté et l’enthousiasme de briguer la fonction. Si un autre candidat vient avec un projet nous aurons l’occasion d’être jugés sur notre programme et notre ambition pour le parti. Cela peut être très tonique.

Vous êtes président depuis 1995, vous n’avez pas peur de briser des ambitions qui pourraient contribuer au renouvellement du FDF ?

Le renouvellement ne tient pas à une personne. Notre force, c’est que nous avons toujours travaillé de manière collective en veillant à donner leur chance à des jeunes. Les élections communales ont donné lieu à l’émergence de jeunes. Je veux accompagner cette génération. Didier Gosuin a lui même dit qu’il ne souhaitait pas prendre la présidence du parti, il a les qualités pour le faire, mais il sera notre candidat ministre-président de la Région bruxelloise en 2014. Parce qu’il a une grande expérience et qu’il porte un projet fort identifié au parti. Je ne souhaite pas être président pour avoir le premier rôle ci ou là. J’ai toujours fait le choix de rester au fédéral. C’est une marque de crédibilité chez nous, on ne court pas d’un poste à l’autre.

Vous n’avez pas peur de lasser l’opinion publique ?

D’autres sont en politique depuis plus longtemps que cela. Je ne trouve pas cela anormal dès lors que les électeurs estiment que l’on est crédible.


Olivier Maingain envisage un sigle wallon supplémentaire pour le FDF Le président des FDF Olivier Maingain, candidat à sa propre succession, envisage d'ajouter un sigle pour accentuer, au sud du pays, la spécificité wallonne de son parti, a-t-il indiqué jeudi sur Bel-RTL. "La Wallonie nous demande encore beaucoup de travail", a concédé M. Maingain, dont le parti a conquis une petite dizaine de sièges dans les conseils communaux du sud du pays aux élections du 14 octobre dernier. Souhaitant renforcer le discours et les spécificités des Fédéralistes démocrates francophones en Wallonie, Olivier Maingain estime que le sigle FDF y est dans doute jugé "trop bruxellois". Il envisage dès lors "un complément, ou en tout cas une spécificité wallonne" et prévoit de l'annoncer d'ici quelques semaines.


Sur le même sujet