Edito: les pleutres

Rik Torfs, sénateur CD&V, ne manque, d’ordinaire, ni de courage, ni de lucidité. Aujourd’hui, pourtant, il se fourvoie en estimant que l’établissement d’un cordon sanitaire à l’égard du Vlaams Belang a été une erreur.

Edito: les pleutres
©Photo News

Rik Torfs, sénateur CD&V, ne manque, d’ordinaire, ni de courage, ni de lucidité. Aujourd’hui, pourtant, il se fourvoie en estimant que l’établissement d’un cordon sanitaire à l’égard du Vlaams Belang a été une erreur. Cette curieuse confession traduit l’incapacité du monde politique flamand à gérer les extrêmes qu’il produit. Sans le cordon sanitaire, dit-il, Bart De Wever n’aurait jamais été là Le cordon sanitaire à l’égard du Belang a toujours été très relatif. Car l’absence de tout cordon médiatique a, à l’époque, permis au Belang de grandir et de se développer. Les hommes politiques flamands n’ont jamais eu peur de serrer les mains, de plaisanter, de tutoyer, de débattre sur les plateaux télé avec les élus du Belang, leur offrant un vernis de respectabilité. Fallait-il en plus leur donner la chance de partager le pouvoir ? Non. Contrairement à la N-VA, le Belang est un parti antidémocratique qui véhicule des thèses fascistes. S’unir avec le Belang, c’eût été, c’est, ce serait salir la démocratie.

Si Bart De Wever est devenu cet empereur incontesté, c’est grâce à une double conjonction. D’une part, si les Flamands adorent Bart De Wever, ce n’est pas pour son discours nationaliste - qu’il tait habilement -, ce n’est pas parce que le Vlaams Belang a été privé de pouvoir, c’est parce qu’il véhicule des idées ultralibérales qui plaisent à la Flandre.

D’autre part, si De Wever domine tant la scène politique flamande, c’est, reconnaissons-le, grâce à son habileté démoniaque, à son sens absolu du momentum politique, à son charisme à nul autre pareil. Face à lui, il n’y a pour l’instant que des amateurs prostrés, des adversaires serviles, des pleutres. Et lorsqu’un Verhofstadt ose, enfin, tenir un discours frontal, il se fait encenser en Wallonie et à Bruxelles mais carboniser en Flandre.