Demotte veut redorer l'image des gouvernements Olivier

Depuis quelques semaines, les articles de presse se multiplient sur les dissensions au sein de la coalition PS-Ecolo-cdH. Aux grands maux les grands remèdes...

Demotte veut redorer l'image des gouvernements Olivier
©Photo News
Belga

Le ministre-président Rudy Demotte veut redorer l'image des gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles qu'il dirige. Jeudi, il a organisé un point-presse, événement qui ne s'était plus produit depuis belle lurette, pour informer l'opinion des réalisations des exécutifs Olivier.

Depuis quelques semaines, les articles de presse se multiplient sur les dissensions au sein de la coalition PS-Ecolo-cdH, les relations tendues entre les vice-présidents Jean-Claude Marcourt (PS), Jean-Marc Nollet (Ecolo) et André Antoine (cdH) et les difficultés qu'éprouvent les exécutifs francophones à s'accorder sur certains dossiers: paysage de l'enseignement supérieur, financement des TEC, cadre éolien, réforme du CWATUPE, etc. Pourtant, ces gouvernements travaillent et avancent sur de nombreux sujets, affirment les protagonistes. La communication semble toutefois poser des problèmes.

"Il y a un déficit clair de communication. On ne voit plus que les discussions sur ce qui ne se fait pas mais pas sur ce qui avance. Nous nous sommes pourtant abandonnés complètement au travail, avec un bilan", a expliqué jeudi M. Demotte. A ses yeux, il est donc nécessaire d'entamer un travail "pédagogique" et d'entretenir un "dialogue avec l'opinion".

la réforme des grades légaux est approuvée

Le gouvernement wallon a approuvé jeudi en troisième lecture la réforme des grades légaux. Le projet de décret élaboré par le ministre des Affaires intérieures, Paul Furlan, entend modifier en profondeur le lien entre les communes et leurs hauts fonctionnaires que sont les secrétaires communaux, les secrétaires de CPAS ou les receveurs communaux. La réforme introduit le principe d'un contrat d'objectifs conclu entre le collège communal et le haut fonctionnaire local et une évaluation comme corollaire.

Le pouvoir politique fixera des axes stratégiques que l'administration, plus autonome, devra mettre en oeuvre. Les dénominations changeront puisqu'il ne sera plus question de secrétaire communal mais de directeur général, ni de receveur local mais de directeur financier. Ce dernier devra devenir un véritable conseiller financier de la commune. Il ne sera plus responsable sur ses deniers et ne devra plus constituer de cautionnement, exigences héritées du 19e siècle.

Le projet sera transmis au parlement wallon.

Sur le même sujet