Dupriez: "La démocratie parlementaire a un prix"

Le parlement wallon a fourni des efforts budgétaires importants, sans commune mesure avec ceux des autres assemblées ou d'autres administrations, a reconnu le président du parlement wallon après les déclarations de Véronique Cornet (MR).

Dupriez: "La démocratie parlementaire a un prix"
©Belga
Belga

Le parlement wallon a fourni des efforts budgétaires importants, sans commune mesure avec ceux des autres assemblées ou d'autres administrations, a reconnu samedi le président Patrick Dupriez (Ecolo), après les déclarations de la vice-présidente du parlement, Véronique Cornet (MR). Lors du vote du budget du parlement à la fin de l'année passée, le groupe MR s'est abstenu, rompant ainsi avec la tradition d'unanimité qui prévaut à cette occasion. Vendredi, la députée de l'opposition a justifié cette attitude par l'épuisement des moyens de l'assemblée et une soumission de plus en plus grande de celle-ci au gouvernement.

"Il est tout à fait exact que le parlement wallon a fait des économies énormes, d'une intensité sans comparaison avec ceux des autres institutions. Et ce d'autant plus qu'il est confronté essentiellement à des dépenses de personnel. Mais, au-delà de cela, il y a eu de grandes évolutions qui se sont traduites par des améliorations du travail et des services du parlement wallon à l'aide de moyens proportionnellement inférieurs à ceux des autres assemblées du pays", a répondu M. Dupriez, évoquant notamment la certification ISO 9001 du parlement wallon.

Aux yeux du président, ces efforts sont à l'honneur du parlement. "On doit en être fier plutôt que de les stigmatiser", estime-t-il. Ces efforts s'inscrivent dans le cadre d'une trajectoire budgétaire tracée en 2009, qui prévoient des prélèvements dans le fonds de réserve du parlement. Selon Mme Cornet, ce fonds de réserve est en péril et son épuisement met en danger l'autonomie de l'assemblée à l'égard de l'exécutif.

"On est à l'os", reconnaît M. Dupriez, qui souligne toutefois qu'une nouvelle trajectoire sera arrêtée l'an prochain. Celle-ci devra intégrer l'accueil de nouvelles compétences dans le cadre des accords institutionnels. "La démocratie parlementaire a un prix. J'entends bien défendre le parlement wallon qui est le coeur de la démocratie wallonne", a-t-il déclaré.

Quant à l'affirmation d'une soumission de plus en plus en grande du parlement à l'exécutif, elle est à replacer dans un contexte plus général, estime M. Dupriez. "C'est excessif ou alors il faut replacer ce problème dans un enjeu démocratique plus général de rapport entre l'exécutif et le législatif qui concerne tous les parlements de ce pays".

Sur le même sujet