L’après-BHV se met en place malgré la N-VA

Il n’y a pas de crise en vue mais autant se préparer en période de paix communautaire. Vendredi, le conseil des ministres a approuvé le modèle de lettre de convocation des électeurs des communes à facilité de la périphérie bruxelloise pour l’élection de la Chambre.

Christian Laporte
L’après-BHV se met en place malgré la N-VA
©Belga

convocations

Il n’y a pas de crise en vue mais autant se préparer en période de paix communautaire Vendredi, le conseil des ministres a approuvé le modèle de lettre de convocation des électeurs des communes à facilité de la périphérie bruxelloise pour l’élection de la Chambre qui suite à la scission de B-H-V pourront voter soit pour des candidats qui se présentent dans le Brabant flamand, soit pour des candidats de la circonscription de Bruxelles-Capitale. Les ministres ont approuvé un projet d’arrêté royal qui finalise le modèle de ladite lettre après l’accord intervenu au Comori (le Comité de mise en œuvre des réformes institutionnelles). Concrètement, les 6 communes à facilités de la périphérie bruxelloise forment le canton électoral de Rhode-St-Genèse. Le projet d’arrêté royal a étré envoyé pour avis au Conseil d’Etat.

En attendant, la N-VA tente de (re)lancer une opposition intransigeante à l’accord dans les communes de la périphérie au sens large contre la création de la Communauté métropolitaine. C’est mal parti : le conseil communal de Beersel a rejeté la motion du conseiller et vice-président du parti Ben Weyts contre une participation à cette instance qui associera Bruxelles et moult communes des deux Brabant. Le bras droit de Bart De Wever n’a été soutenu par aucun parti dans cette commune longtemps pacifique grâce à son ex-maïeur Hugo Casaer (CD&V). La Communauté métropolitaine sera un lieu de concertation dans les domaines intéressant la zone mais pour la N-VA, c’est un "cheval de Troie" francophone. L’échevine Hilde Ecker (CD&V) a fait remarquer que "le boycott de cette communauté est une occasion manquée de concertation". A noter que les sections locales de l’Unizo (indépendants) et du Voka (patrons flamands) ne suivent pas non plus la N-VA ici