Nationaliser des entreprises? Oui pour le Wallon, non pour le Flamand

Comment expliquer les récentes fermetures d'entreprises? Les multinationales doivent-elles garantir l'emploi en échange d'avantages fiscaux? Pour ou contre les exilés fiscaux en Belgique? Découvrez les réponses dans le Baromètre "La Libre/RTBF/Dedicated".

La rédaction de La Libre
Nationaliser des entreprises? Oui pour le Wallon, non pour le Flamand
©Montage Chelle (lalibre.be)

La concertation sociale est au point mort dans notre pays et les fermetures et restructurations se multiplient. Quelles sont les principales raisons qui expliquent les récentes fermetures d'entreprises en Belgique ou délocalisations émanant de multinationales?

A cette question - posée à nos compatriotes en marge du Baromètre "La Libre/RTBF/Dedicated" - 70% des Belges pointent comme première explication "un coût de la main d'œuvre trop élevé" dans notre pays.

Ce critère vient loin devant (41%) deux autres explications: "il est plus facile pour les dirigeants de ces multinationales de fermer en Belgique que dans d'autres pays européens plus grands" et "les dirigeants de ces multinationales n'ont aucune contrainte pour les obliger à garantir l'emploi lorsqu'ils décident de fermer un site de production en Belgique". Enfin, 30% des Belges pointent le fait que "les syndicats en Belgique sont trop puissants et découragent les investisseurs étrangers". Mais seulement 3% de nos compatriotes mettent en avant le fait que "les travailleurs belges sont moins performants". Précisons que les sondés avaient la possibilité de cocher ou plusieurs raisons à la liste qui leur a été présentée.

Autre enseignement de ce sondage: 72% des Belges estiment que les pouvoirs publics devraient "obliger "les multinationales à garantir l'emploi en échange d'avantages fiscaux.

Les pouvoirs publics devraient-ils "nationaliser" ou "régionaliser" certaines entreprises pour en prolonger l'activité? On le sait, ce débat a été posé après la décision d'ArcelorMittal de fermer un certain nombre de sites de production à Liège. Les Belges ne sont que 43% à y être globalement favorables. Mais il y a une forte disparité régionale sur cette question car si seulement 36% des Flamands y sont favorables, le pourcentage monte à 52% du côté des Bruxellois et 53% du côté des Wallons.

Enfin, notre sondage "La Libre/RTBF/Dedicated" s'est également penché sur la perception des Belges par rapport aux exilés fiscaux étrangers qui viennent dans notre pays: 44% des Belges sont globalement favorables à leur venue chez nous contre 36% qui n'y sont pas favorables.

Tous les chiffres, bien d'autres enseignements et toutes les analyses à découvrir ce vendredi dans "La Libre".

Ce sondage a été réalisé du mercredi 13 février au lundi 18 février sur un échantillon de 2706 Belges. La marge d'erreur maximale est de 3,3% sur les échantillons de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre et de 1,9% sur l'échantillon total.