Édito: les ombres et espoirs de 2014

Pour qui en aurait encore douté, la campagne pour le scrutin multiple de mai 2014 est, déjà, bien engagée. Ce qui était évident sinon obsessionnel en Flandre, sous le spectre pesant de la N-VA, a pris une tournure plus explicite aussi chez les francophones avec les congrès respectifs, ce week-end, d’Ecolo et du PS.

Édito: les ombres et espoirs de 2014
©Belga

Pour qui en aurait encore douté, la campagne pour le scrutin multiple de mai 2014 est, déjà, bien engagée. Ce qui était évident sinon obsessionnel en Flandre, sous le spectre pesant de la N-VA, a pris une tournure plus explicite aussi chez les francophones avec les congrès respectifs, ce week-end, d’Ecolo et du PS. Il n’y a là rien d’anormal, tant les enjeux politiques seront cruciaux dans une situation de crise sociale et économique de plus en plus mortifère. Cette grosse anticipation ne va pourtant pas sans risques. Il ne faudrait pas que, sous prétexte de jeux et positionnements préélectoraux prématurés, nos gouvernants à tous niveaux se déconcentrent voire s’égarent dans les chantiers qu’ils doivent encore mener à bien dans les 13 mois.

Seconde considération. On voit un PS lancer une opération de réflexion qui n’est pas forcément naturelle à une machine trustant le pouvoir de longue date et sans discontinuité ; on entend des écologistes aligner des propositions dans un registre économique qui n’a pas forcément été toujours le leur. Bien sûr sous réserve d’inventaires, cette profession réaliste ici, ce souci de ressourcement là, ne manquent objectivement pas d’intérêt. Ce sont de tels appels d’air qui peuvent contrarier les réflexes de repli ou de "nyaqua" que la crise fertilise dans son sillage.

Le reste est évidemment affaire d’affinités et convictions personnelles. Difficile pourtant de ne pas souscrire au propos du vice-Premier SP.A Johan Vande Lanotte, devant les congressistes du PS, lorsqu’il disait accoler à l’échéance de la mi-2014 "l’espoir d’un avenir meilleur, plus juste, plus équitable". Quoi que l’on pense des moyens les plus adéquats pour y tendre.

Un édito de Paul Piret.

Sur le même sujet