L’Olivier recase le ministre Ecolo déchu

La majorité Olivier (PS-CDH-Ecolo) au gouvernement de la Communauté française va offrir un superbe poste à Thierry Detienne, l’ancien ministre Ecolo à la Région wallonne (Santé et Affaires sociales). Le tout sans examen.

L’Olivier recase le ministre Ecolo déchu
Frédéric Chardon

La majorité Olivier (PS-CDH-Ecolo) au gouvernement de la Communauté française va offrir un superbe poste à Thierry Detienne, l’ancien ministre Ecolo de l’ère de la coalition "arc-en-ciel" (PS-MR-Ecolo) à la Région wallonne (Santé et Affaires sociales). En effet, l’exécutif des francophones veut le nommer comme "Commissaire-Délégué auprès des Hautes Ecoles et des Ecoles supérieures des Arts". Actuellement, Thierry Detienne est directeur d’une école secondaire technique et professionnelle à Liège.

Le poste, libéré fin 2012 par un départ à la retraite, est assez prestigieux et confortable; selon le projet d’arrêté de nomination dont nous avons eu copie, Thierry Detienne devrait toucher environ 4 000 euros nets par mois grâce à plus de vingt-cinq ans d’ancienneté que le texte lui octroie pour ses nouvelles fonctions.

Mais à quoi peut bien servir un "Commissaire-Délégué auprès des Hautes Ecoles et des Ecoles supérieures des Arts" ? Tout simplement à exercer un contrôle sur ces écoles pour le compte du gouvernement afin de s’assurer, notamment, que les décisions du pouvoir organisateur ou des autorités de la haute école respectent bien les règles légales et réglementaires.

Autre question : ce poste, est-ce un parachute doré donné par le gouvernement de la Communauté française, dans lequel figure donc Ecolo, à un ancien ministre wallon vert qui s’était retrouvé sur le carreau en 2004 lors de la mise à mort de la coalition "arc-en-ciel" ? En tout cas, Thierry Detienne répond aux conditions juridiques pour obtenir le job : jouir des droits civils et politiques, satisfaire aux lois sur la milice et aux lois portant le statut des objecteurs de conscience, etc.

Pas d’examen, pas d’assessment

Toutefois, certains fins connaisseurs de la vie politique trouvent un peu fort que cette nomination à un emploi dit "de promotion" se fasse sans le moindre examen, sans le moindre assessment Même s’il est vrai que les règles de désignation des Commissaires-Délégués ne l’exigent pas. Mais Thierry Detienne bénéficiera tout de même d’une situation de statutaire et non de simple contractuel. Par ailleurs, les documents portant la nomination de l’ancien ministre ne donnent pas d’explication sur le nombre d’années d’ancienneté qui lui seront octroyées. Pourquoi vingt-cinq et pas dix, par exemple ?

Ceci dit, soyons de bons comptes, Thierry Detienne n’est pas un néophyte. Notamment, "de 1991 à 1999, il a exercé la fonction de parlementaire en suivant notamment les matières allant de l’enseignement, à la culture", relève le document soumis aux ministres du gouvernement de la Communauté française. Par ailleurs, comme mentionné, il connaît de l’intérieur les arcanes de l’enseignement.

Sur le même sujet