Elio Di Rupo bat le record de longévité pour un Premier francophone

Il y a deux ans, jour pour jour, Elio Di Rupo et ses ministres prêtaient serment devant le Roi, qui était encore Albert.

Elio Di Rupo bat le record de longévité pour un Premier francophone
©Belga
Vincent Rocour

Il y a deux ans, jour pour jour, Elio Di Rupo et ses ministres prêtaient serment devant le Roi, qui était encore Albert. Ils mettaient ainsi fin à une crise de 541 jours - du jamais vu dans un pays qui s’y connaît pourtant en impasses politiques. Le contexte de l’époque n’incitait pas à l’optimisme. Les observateurs ne laissaient aucune chance à ce gouvernement de se maintenir dans la durée. Ils prédisaient les pires difficultés au nouveau Elio Di Rupo qui semblait cumuler les handicaps : une maîtrise du néerlandais très improbable, sa provenance d’un parti - le PS wallon - honni en Flandre, une opposition d’enfer promise par la N-VA, l’obligation de réussir la plus grande opération d’assainissement des finances publiques jamais réalisée.

Deux ans plus tard, il faut reconnaître que la catastrophe n’a pas eu lieu. Certes, le bilan que dresse l’équipe Di Rupo de sa propre action paraît exagérément flatteur. Le nombre de faillites n’a jamais été aussi élevé, le chômage augmente dangereusement. Mais le travail réalisé depuis le 6 décembre 2011 est important et a porté ses fruits dans certains domaines comme celui des finances publiques ou la sécurité routière. Voilà qui explique sans doute comment Elio Di Rupo a pu déjouer tous les pronostics qui couraient à son sujet. Aucun Premier ministre francophone n’est en effet resté en fonction aussi longtemps que lui depuis la Seconde Guerre mondiale. Avec ses 731 jours comme Premier ministre, il bat Joseph Pholien (511 jours), Pierre Harmel (200 jours), Paul Vanden Boeynants (690) et Edmond Leburton (356 jours).


Retrouvez le dossier en intégralité dans votre quotidien


Sur le même sujet