Lutgen: "Incohérence dans les propos d'Anne Delvaux"

Le président du parti humaniste estime que la Liégeoise tient des propos incohérents. Il lui offrait la tête de la liste à l'Europe "sous conditions".

Antoine Clevers
Lutgen: "Incohérence dans les propos d'Anne Delvaux"
©BELGA

Aigri ? Déçu ? Fâché ? Blessé ? Soulagé ? Benoît Lutgen, le président du CDH, ne laisse transparaître aucune émotion - positive ou négative - suite à l’annonce de l’eurodéputée Anne Delvaux de quitter la vie politique active. "Moi, j’avance" , nous dit-il.

"Est-ce un échec personnel ? Je le prendrais comme cela si ce qu’avait dit Mme Delvaux était crédible , commente le Bastognard. Je suis sûr que si je l’avais nommée à l’Europe, j’aurais été le meilleur président du monde et le CDH un parti fantastique. Je laisse à chacun estimer la crédibilité dont elle a fait preuve." Il s’explique…

M.Lutgen reconnaît lui avoir donné la tête de liste à l’Europe le 25 janvier, "mais sous conditions - ce qu’elle admet d’ailleurs elle-même. Un : elle devait démissionner en cours de mandat pour devenir échevine à Liège. Et deux : cela devait être annoncé publiquement, à l’avance. C’est une question d’honnêteté envers l’électeur".

Le président humaniste rappelle que le cumul entre un mandat dans un collège communal d’une ville de plus de 50 000 habitants et celui de député européen est interdit. "C’est la loi, je n’y peux rien." Mme Delvaux non plus. Mais elle a coincé sur la seconde condition.

Le 13 novembre 2012, elle déclarait pourtant dans "La Meuse" : "Je vais terminer mon mandat de députée européenne jusqu’en 2014. Après on verra. Si je devais être réélue à ce niveau, alors, je le dis, je quitterai mon poste afin d’intégrer le collège quand le moment sera venu." Quoi qu’il en soit, elle acceptera finalement cette fameuse condition le lundi 3 février. Trop tard…

Lutgen, l'entraîneur

"Elle avait dit publiquement qu'elle deviendrait échevine, reprend Lutgen. Dès le lendemain des élections communales de 2012, je lui avais dit qu’elle pouvait le devenir tout de suite. Elle a voulu attendre la fin de son mandat. Je le comprends. Et aujourd’hui, elle n’en veut plus… Il y a une incohérence dans ses propos."

La machine à voix liégeoise ne sera donc pas sur les listes le 25 mai prochain. "C’est son choix , conclut le patron du CDH. Mais qu’elle le fasse avec si peu d’élégance, en critiquant si vertement son parti… Ça aurait été crédible si elle l’avait fait in tempore non suspecto. Vous savez, moi, je suis comme un entraîneur d’une équipe de foot. Si demain, Hazard ou Fellaini refuse de monter dans l’avion parce qu’ils ne jouent pas à la place qu’ils exigent, il n’y aura vite plus d’équipe…" La hache de guerre n’est pas enterrée.