27 décrets dans l’entonnoir wallon

La fin de législature est encombrée au Parlement wallon. Les députés travaillent au finish.

*** TODAY'S BELGA ARCHIVE PICTURE *** 20140312 - NAMUR, BELGIUM: Illustration picture shows a plenary session of the Walloon Parliament, in Namur, Wednesday 12 March 2014. BELGA PHOTO ERIC LALMAND
©BELGA
S.Ta.

Ordre du jour de la séance plénière du Parlement wallon, mercredi matin à Namur : 27 projets ou propositions de décrets à examiner et à voter vers 18 h. Ajoutez à cela une petite séance extraordinaire pour célébrer 8 jubilaires et la séance de questions d’actualité au gouvernement. Un rythme d’enfer, impossible à tenir. 10 h du matin, premier comptage, 18 députés présents (4 PS, 2 CDH, 7 Ecolos et 5 MR). Les décrets sont plus nombreux. La journée avance, les bancs du Parlement se garnissent quelque peu, l’examen des décrets avance lentement. 11 h 30, deuxième comptage, 26 députés présents et toujours 27 décrets.

La dernière plénière, le 23 avril

Jamais une fin de législature wallonne n’a connu un tel embouteillage de texte. Il en restera encore quelques-uns et non des moindres, puisque les députés qui ont la chance (ou la malchance) de siéger au sein de la commission de l’aménagement du territoire la jouent en nocturne depuis plusieurs semaines déjà. C’est que le CoDT (Code de développement territorial), dossier emblématique de la législature, importantissime pour le bilan du ministre Henry (Ecolo), doit absolument passer le cap de la commission avant d’arriver en plénière. Quand ? La première semaine des vacances de Pâques ou lors de la plénière du 23 avril prochain, qui devrait normalement être la dernière de la législature.

Avec, en toile de fond de cette urgence frénétique de décréter à tout prix, la campagne pour les élections générales du 25 mai prochain.

Un tel amoncellement de dossiers en rade fait presque oublier que certains de ces décrets mériteraient une publicité plus grande. Et pourtant, les débats s’enchaînent avec les députés présents. Le premier code wallon de l’agriculture, qui doit définir, entre autres, les contours de la politique agricole de la région, est évoqué durant plus d’une heure. On passera ensuite à la création des services d’aide et de soins aux personnes prostituées. Ca pinaille, ça ergote, même au sein de la majorité et pourtant, après des tirades plus belles qu’utiles, on annonce sans sourciller le soutien plein et entier au texte proposé par la ministre.

La journée est loin d’être finie, mais les députés font une pause pour célébrer les jubilaires du Parlement. La journée est encore longue. Il faudra encore parler de la réforme de la pêche, du parcours d’intégration, du transfert des compétences de tourisme à la Communauté germanophone, de la promotion d’une représentation équilibrée des hommes et des femmes dans les organes consultatifs, des centres de télé-accueil, de l’élargissement des hypothèses d’un congé pour empêchement pour un conseiller communal, etc....

La semaine parlementaire wallonne aura été riche en rebondissements car d’autres textes attendaient encore leur vote en commission avant de prendre le chemin des prochaines séances plénières. On pense ici à la suppression des droits de succession entre époux pour l’habitation familiale, repiqué par le ministre Antoine au MR. On pense à la résolution visant à interdire dans l’administration le port de signes convictionnels ostentatoires, etc. ...

On s’apprête à voter à tour de bras

Mercredi, vers 17 h, un peu plus d’un tiers des décrets seulement ont été débattus. 17h30, troisième comptage, 32 députés sont assis dans la salle de séance plénière, tous ceux qui manquent à l’appel ne sont pas loin, le Parlement a décidé d’aller au finish…


Sur le même sujet