Tuile de campagne pour Anne Charlotte d’Ursel

Le ministère de l’Intérieur n’a pas pris en compte l'ensemble du nom de la candidate. La Bruxelloise déplore une "catastrophe [qui] risque bel et bien de me coûter mon élection".

Tuile de campagne pour Anne Charlotte d’Ursel
©dr
La rédaction

Très désagréable surprise pour Anne Charlotte d’Ursel. Le ministère de l’Intérieur n’a pris en compte que la première partie de son prénom en vue de constituer les listes pour les élections. Il se base sur une interprération stricte de la loi qui ne tient compte d’un prénom composé que si on y trouve officiellement un tiret, ce qui n’est pas le cas pour Anne Charlotte d’Ursel.

C’est donc Anne d’Ursel qui figurera à la 70e place de la liste MR pour la Région bruxelloise. Une "catastrophe" pour la candidate, "les gens risquent de ne pas me reconnaître. Tout le monde m'appelle Anne Charlotte parfois Charlotte mais jamais Anne", confesse celle qui se présente à sa septième élection sans que pareille aventure ne lui soit encore arrivée.

"Si nous avions été au courant de ce changement de modus operandi, j'aurais transmis un acte de notoriété qui aurait permis de rajouter mon second prénom ! Cette mésaventure risque bel et bien de me coûter mon élection !" déplore Anne Charlotte d'Ursel.

Après François-Xavier de Donnea (voir ici), voilà donc une autre libérale qui se fait escamoter son prénom...