Sondage: Reynders seul en tête à Bruxelles, De Wever en recul en Flandre

Le dernier "Grand Baromètre" Ipsos-RTL-Le Soir avant les élections a livré son verdict. Quand Elio Di Rupo conforte sa position de Premier, Didier Reynders monte à Bruxelles où Milquet chute lourdement. En Flandre, Kris Peeters séduit comme ministre-président, plus que Bart De Wever... qui reste en embuscade.

Sondage: Reynders seul en tête à Bruxelles, De Wever en recul en Flandre
©BELGA
Rédaction en ligne et Belga

Le dernier "Grand Baromètre" Ipsos-RTL-Le Soir avant les élections a livré son verdict.

Fédéral: Elio superstar

Le succès d'Elio Di Rupo (PS) ne se dément pas. Le Premier ministre récolte 33% d'opinions favorable, stable par rapport au mois d'avril. Il est suivi par Maggie De Block (openVLD), en progression, qui passe de 22 à 24%, avec une répartition stable entre Régions (25% en Flandre, 23% en Wallonie et 21% à Bruxelles). Bart De Wever ferme la marche avec une moyenne nationale de 20%.

Au nord du pays, le score de la secrétaire d'Etat à l'Asile la place juste derrière la star du moment, Bart De Wever (N-VA) qui compte 31% des suffrages exprimés en Flandre. Par contre, le leader de la N-VA est à la peine au sud. A Bruxelles il obtient 6%, contre 4% à peine en Wallonie. Enfin, si Didier Reynders est l'homme fort de Bruxelles, il n'est pas considéré comme un Premier ministre valable et se contente d'une quatrième place nationale derrière Kris Peeters (CD&V).

Bruxelles: Milquet en forte baisse

Joëlle Milquet (CDH) perd six points dans le coeur des sondés. En avril, elle récoltait 19% des suffrages comme ministre-présidente préférée. Un score retombé à 13% aujourd'hui. Didier Reynders (MR) prend donc la tête avec 18%, soit un point de plus qu'en avril.

Wallonie: le podium PS - CDH - MR

Rudy Demotte (PS) a le vent en poupe: 25% d'opinions favorables chez les Wallons. En deuxième place, on trouve Benoît Lutgen (CDH). Avec 18%, il met sur la touche Charles Michel (MR). Au pied du podium, Emily Hoyos (Ecolo) devance Jean-Claude Marcourt (PS).

Flandre: Bart De Wever perd 5 points

Non, Bart De Wever n'est pas le champion absolu des sondages, malgré une forte présence médiatique. Au poste de ministre-président flamand, c'est Kris Peeters qui l'emporte avec 38% des suffrages. Et quand le leader du CD&V sourit, celui de la N-VA fait grise mine. Bart De Wever perd du terrain et cède 5 points au classement des ministres-présidents flamands. En avril, il faisait 22%, contre 17% aujourd'hui. Mais prudence: ces chiffres ne concernent que la popularité pour le poste de ministre-président! La N-VA reste bien présente dans l'esprit des sondés avec, d'une part, des chiffres stables pour Bart De Wever au poste de Premier ministre et, d'autre part, la présence de deux autres membres du parti dans le classement: Liesbeth Homans avec 9 % et Geert Bourgeois avec 5 %.

De Wever candidat Premier: Magnette raille le "football panique"

Le président du PS Paul Magnette a raillé jeudi le "football panique de dernière minute" à la N-VA, après l'annonce par Bart De Wever qu'il était prêt à accepter le poste de Premier ministre. "On sent bien qu'il y a une grande panique du côté de la N-VA", a-t-il réagi jeudi matin sur la Première (RTBF). Mais d'après lui, la candidature de M. De Wever n'est "pas crédible une seconde". Le président des nationalistes flamands "disait depuis des semaines qu'il resterait bourgmestre d'Anvers", pointe Paul Magnette.

M. Magnette n'est pas favorable à ce que le pays soit dirigé par un séparatiste. "C'est comme si on demandait à un renard d'être le gardien du poulailler", a dit le président des socialistes francophones, décidément amateur de métaphores animalières. Il avait déjà dit mercredi, au sujet de la duplicité supposée de M. De Wever, que "le renard change d'apparence mais pas de moeurs", tandis qu'Elio Di Rupo l'avait comparé à "un chat dans le pétrin".

De son côté, le ministre-président flamand Kris Peeters s'étonne surtout que Bart De Wever ait tant tardé à confirmer sa candidature. "Ce n'est pas tellement surprenant quand on est le plus grand dans les sondages. C'est quand même logique d'être candidat Premier. C'est étonnant que cela ait tant duré et que subitement ce soit une information", a-t-il réagi dans De ochtend (VRT


Le sondage Ispos-RTL-Le Soir a été réalisé du 12 au 18 mai. La marge d'erreur est de 3,1% en Wallonie et en Flandre et de 3,9% à Bruxelles.

Sur le même sujet