Luc Willame: "Le non du cdH est une catastrophe"

C'est ce que déclare Luc Willame, ex-administrateur de l'Union Wallonne des Entreprises (UWE), dans une lettre adressée à Benoît Lutgen. "Il est clair pour beaucoup que la note de l'informateur était destinée à piéger le cdH".

J.F.
Luc Willame: "Le non du cdH est une catastrophe"
©Montage LaLibre

Le refus catégorique du cdH de participer au gouvernement fédéral et à la coalition Suédoise – formée du MR, de l'Open Vld, de la NV-A et du CD&V - pose plus que jamais question au sein de l'aile droite de la formation humaniste, peut-on lire sur Le Soir. Certains membres du cdH craignent en effet de perdre une partie de leur électorat.

Des chefs d'entreprise se demandent également pourquoi le cdH a refusé de prendre part aux négociations. Pour preuve, une lettre de Luc Willame, ex-administrateur de l'Union Wallonne des Entreprises (UWE) et personnalité bien connue dans le monde des affaires belge, adressée à Benoît Lutgen. "Je continue à penser que ce 'non' est une catastrophe et pour le pays, et pour le cdH. Je pense vraiment que les deux gagnants ne sont aujourd'hui que Bart De Wever et Elio Di Rupo, et que le cdH est tout à fait perdant à court et moyen terme".

Pour ce patron proche des idées du cdH, le "non" de Lutgen ne fait que renforcer Bart De Wever et la N-VA. "Il est clair pour beaucoup que la note de l'informateur était destinée à piéger le cdH. Au Nord du pays, beaucoup ont déclaré que De Wever baissait son pantalon et n'ont pas compris cette attitude. Je ne connais pas l'homme (...) mais il n'a de cesse de montrer que les deux régions sont de plus en plus différentes et que ce sont deux nations, dont l'une, la Wallonie, est rétive à tout changement. Et le non du cdH lui permet de renforcer ce message".

Ce "non" du cdH est donc, pour Luc Willame, précipité: "Il est vrai qu'on peut supposer que la N-VA au pouvoir allait continuer en douce à rendre le fonctionnement de l'Etat plus difficile pour prouver que cela ne marche pas entre nos deux communautés. Mais fallait-il pour cela dire non à ce stade sans rentrer dans une négociation entre adultes? Plutôt que de tomber dans le piège, ne fallait-il pas choisir le point de chute, laisser la N-VA au gouvernail plus longtemps, pour prouver que c'est elle, et non le cdH qui est la cause de ce blocage".