Theo Francken présente ses excuses (vidéo)

Les excuses du secrétaire d'Etat ont été formulées après un contact informel entre Charles Michel et ses vice-Premiers ministres, à la suite de quoi le chef du gouvernement a exigé qu'une telle démarche ait lieu au Parlement.

J.LGG. (avec Belga)
Theo Francken présente ses excuses (vidéo)
©Belga

Le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration a demandé la parole lors de la reprise des travaux sur la déclaration de gouvernement, ce jeudi, à la Chambre, afin de présenter ses excuses. "Il y a eu ces derniers jours beaucoup d'agitation à propos de certaines déclarations que j'ai tenues dans le passé. Je réalise que ce faisant j'ai blessé des gens. Cela n'a jamais été mon objectif. Je souhaite sincèrement m'excuser. Je vous garantis que je serai un secrétaire d'Etat dans l'intérêt de tous les habitants de ce pays, avec un grand respect pour chacun", a-t-il lu.

Les excuses de M. Francken ont été formulées après un contact informel jeudi matin entre le Premier ministre Charles Michel et ses vice-Premiers ministres à la suite de quoi le chef du gouvernement a exigé qu'une telle démarche ait lieu au Parlement. Theo Francken a donc fait, assez brièvement, amende honorable après un entrée au gouvernement en fanfare.

Pour rappel, mercredi, des mails compromettants datant de mi-2007 ont refait surface dans la presse. Theo Francken y évoquait l'organisation d'une réunion secrète "pour signer les grandes lignes de la gestion (et surtout la fin) de notre pays". Et gare à ceux qui révéleraient l'existence de cette réunion aux relents d'extrême droite. Ils s'exposeraient alors à des sanctions telles qu''"une balle ou une petite nuit avec Christian Dutoit [une personnalité flamande connue pour son homosexualité, NDLR]".

Toujours mercredi, d'autres révélations rappelaient que Theo Francken avait tenu, en novembre 2011, des propos "brûlants" sur les diasporas marocaine et congolaise sur son compte Facebook (voir ici).

Finalement, le politique N-VA avait également suscité un flot de critiques pour s'être rendu ce week-end, après avoir prêté serment devant le roi, à la fête d'anniversaire de Bob Maes. Ce dernier est un ancien membre du Vlaams Nationaal Verbond (VNV), une formation qui a collaboré avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale (voir davantage de détails ici).

L'opposition avait demandé des explications au gouvernement et bon nombre de députés ont exigé sa démission.

Christian Dutoit assure que Theo Francken n'est pas homophobe

Christian Dutoit, dont le nom est régulièrement évoqué dans la presse et au parlement ces derniers jours, regrette la publicité faite autour de lui à l'occasion de la mise au jour d'un ancien courriel du secrétaire d'Etat Theo Francken et assure que ce dernier n'est pas homophobe contrairement à ce qui a été répandu. Sudpresse a relaté cette semaine le contenu d'anciens courriels dans lesquels Theo Francken laissait entendre qu'il participait en 2007 et 2008 à une réunion aux finalités particulièrement radicales visant notamment à prévoir la fin du pays. Il demandait de réserver "à cette réunion la plus grande discrétion. Surtout pour les nouveaux arrivants". Avant d'avertir: "Dénonciation = une balle ou une nuit avec Christian Dutoit", une personnalité que Sudpresse a présentée comme un "homosexuel flamand notoire".

Depuis "mon nom est partout", regrette ce dernier. "Je suis homosexuel, je n'ai pas de problème à ce que cela se sache, je suis marié, j'ai un compagnon depuis plus de vingt ans mais je ne suis pas un 'homosexuel notoire', je ne milite pas et je regrette toute cette publicité", a-t-il réagi jeudi auprès de l'agence BELGA.

Journaliste et rédacteur en chef du périodique "Meervoud", un mensuel de la gauche nationaliste flamande, Christian Dutoit dit également connaître Theo Francken. "Je le connais. Pas très bien mais je le connais. Et quand le cdH vient dire qu'il est homophobe, je peux vous assurer que cela n'est pas vrai", a souligné Christian Dutoit, précisant qu'il ne témoignait pas en service commandé du secrétaire d'Etat.

Theo Francken a notamment été interrogé dans le numéro de décembre 2011 de "Meervoud" alors que le gouvernement Di Rupo venait d'être formé. Celui qui est aujourd'hui secrétaire d'Etat à l'Asile et aux Migrations y dénonçait notament le "laxisme" de la politique d'immigration en Belgique. Il rendait les francophones responsables de cette situation, et singulièrement le PS qu'il accusait d'agir de la sorte afin de gonfler son électorat. Il appelait à mettre fin à la régularisation et se félicitait d'avoir pu contribuer à restreindre le regroupement familial, dénonçant le trop grand nombre de mariages avec de jeunes "importés".

Theo Francken a été pointé du doigt pour des propos méprisant les minorités. Une grande partie de l'opposition a exigé sa démission pour des déclarations jugées racistes et homophobes. Le secrétaire d'Etat s'est excusé jeudi à la Chambre pour d'anciennes déclarations qui ont blessé. Il a assuré qu'il serait le secrétaire d'Etat de tous.