"Jamais aussi collabo que vous !": les explications de Benoît Lutgen

"Jamais aussi collabo que vous, ça c'est sûr et certain..." La phrase a été lancée par Benoît Lutgen à Denis Ducarme (MR) mercredi. La passe d'armes, méritait quelques explications que Benoît Lutgen en personne a apportées le lendemain.

Rédaction en ligne
"Jamais aussi collabo que vous !": les explications de Benoît Lutgen
©REPORTERS

"Jamais aussi collabo que vous, ça c'est sûr et certain..." La phrase a été lancée par Benoît Lutgen à la Chambre le mercredi 15 octobre. Le président du cdH, toujours très remonté par les polémiques suscitées par les N-VA Jambon et Francken, s'adressait à Denis Ducarme (MR) qui n'a pas vraiment apprécié...

Même si 20 minutes plus tôt, Denis Ducarme traitait le président du cdH de "déserteur" , Benoît Lutgen pourra difficilement nier qu'il a prononcé ces paroles. Dont acte, comme on dit dans ces cas-là. D'abord avec une vidéo (voir ci-dessous, à 1 min 46), ensuite avec le compte rendu de la séance plénière publié sur le site internet de la Chambre (p. 7).

"Jamais aussi collabo que vous !": les explications de Benoît Lutgen
©Capture d'écran


"Je n'ai pas traité M. Ducarme de collabo"

L'échange, digne d'une pièce de boulevard (didascalies incluses), méritait quelques explications que Benoît Lutgen en personne a apportées le lendemain sur le plateau de "Jeudi en Prime" sur la RTBF (voir l'intégralité de l'interview en vidéo en cliquant ici). "Je l'ai utilisé [ce terme de 'collabo'] pour dire que le MR avait décidé, contrairement aux engagement pré-électoraux, de collaborer, de s'associer, à la N-VA dans ce gouvernement. Donc c'est contraire aux engagements de tous les partis francophones avant les élections."

Mais, c'est bien là la nuance, ténue sur laquelle insiste le centriste, "Je n'ai pas traité M. Ducarme de collabo. [...] Il n'est pas question de considérer le MR comme un mouvement d'extrême droite, je n'ai jamais dit ça."

Il n'empêche, Benoît Lutgen maintient: les excuses de Theo Francken, le secrétaire d'Etat à l'Asile à et la Migration (lire ici), c'est du vent! "Il a un papier qu'on lui a bien écrit. On sent bien que ce n'est pas lui. On utilise la technique suivante: il ne s'excuse pas de ce qu'il a commis. Il dit: 'Si j'ai heurté certaines personnes, je le regrette'. C'est une formule qui pour moi n'est pas acceptable dans les circonstances..."

Quant à Denis Ducarme, il ne compte pas en rester là, comme il l'a prévenu sur son compte Twitter.