Gouvernement Michel: vers une majorité sexuelle à 14 ans?

Le nouveau gouvernement fédéral veut abaisser de deux ans l'âge de la majorité sexuelle, qui est aujourd'hui fixé à 16 ans. Plusieurs associations du nord du pays, le Conseil de la Jeunesse flamand et le Commissariat aux Droits de l'Enfant de la Communauté flamande s'étaient montrés demandeurs d'une telle réforme.

Gouvernement Michel: vers une majorité sexuelle à 14 ans?
©Photo News
Belga

Le nouveau gouvernement fédéral veut abaisser de deux ans l'âge de la majorité sexuelle, qui est aujourd'hui fixé à 16 ans, rapportent samedi De Morgen et Het Laatste Nieuws. "La législation relative à l'âge de la majorité sexuelle sera harmonisée", est-il indiqué à la page 87 de l'accord gouvernemental.

Plusieurs associations du nord du pays, le Conseil de la Jeunesse flamand et le Commissariat aux Droits de l'Enfant de la Communauté flamande s'étaient montrés demandeurs d'une telle réforme, voulant que le cadre légal soit adopté à la réalité actuelle.

"Nous savons que les adolescents sont actifs sexuellement avant leurs seize ans. Un(e) jeune de 13 ans qui embrasse son/sa partenaire fougueusement contrevient aujourd'hui à la loi", explique-t-on au Conseil de la jeunesse flamand.

La législation qui réglemente les comportements sexuels chez les jeunes de moins de 18 ans date de 1912.

D'après une étude flamande, les adolescents ont leur première relation sexuelle en moyenne à 16,8 ans. Un quart des jeunes âgés de 15 ans a cependant reconnu avoir déjà fait l'amour.


Geens: "La discussion doit encore être menée"

Le cabinet du ministre de la Justice Koen Geens a souligné samedi que le gouvernement devait encore débattre de l'harmonisation de l'âge de la majorité sexuelle et qu'aucune décision n'avait donc été prise. "A ce jour, différentes limites d'âges s'appliquent à différents aspects de la majorité sexuelle. Cela crée de la confusion. C'est pourquoi l'accord de gouvernement prévoit une harmonisation des limites d'âge", indique-t-il.

"Le débat à ce sujet doit encore être mené au sein du gouvernement, nous ne pouvons donc pas encore nous exprimer sur les options ou les modalités. Anticiper le débat ne se justifie pas."

Sur le même sujet