Tax shift: Gwendolyn Rutten met en garde contre le danger de revoir le PS "autour de la table"

Le ministre-président flamand Geert Bourgeois veut que la Flandre soit impliquée dans le tax shift en préparation au gouvernement fédéral car cette évolution fiscale peut avoir un impact sur les compétences et les recettes des entités fédérées. Mais la présidente du la formation libérale flamande Gwendolyn Rutten met en garde...

Tax shift: Gwendolyn Rutten met en garde contre le danger de revoir le PS "autour de la table"
©Montage
Belga

Le ministre-président flamand Geert Bourgeois veut que la Flandre soit impliquée dans le tax shift en préparation au gouvernement fédéral car cette évolution fiscale peut avoir un impact sur les compétences et les recettes des entités fédérées, a-t-il affirmé mardi matin au cours de l'émission "De Ochtend" de Radio 1.

M. Bourgeois entend voir ce point inscrit à l'ordre du jour du comité de concertation entre les représentants du gouvernement fédéral et ceux des entités fédérées. Celui-ci se réunit dans une semaine. Pour le ministre-président flamand, le tax shift doit contribuer à réduire le coût salarial, tant pour les employeurs que pour les travailleurs. Mais cette opération peut aussi porter atteinte aux recettes des entités, par effet de rebond sur l'Impôt sur les Personnes Physiques ou la TVA.

"Il n'est pas acceptable que le gouvernement fédéral prenne des mesures unilatérales qui provoquent des surprises pour les entités fédérées", a-t-il encore dit, faisant référence à la révision à la baisse des recettes de l'impôt sur les personnes physiques versées aux entités fédérées, un point qu'il compte remettre à l'ordre du jour du comité de concertation.


Voulant éviter la participation du PS, l'Open Vld opposé à l'idée d'impliquer les Régions

L'Open Vld, partenaire de coalition tant en Flandre qu'au gouvernement fédéral n'est pas favorable à la proposition de Geert Bourgeois d'impliquer la Flandre dans la discussion au sujet du tax shift car cela impliquerait l'entrée dans la danse du PS, a indiqué la présidente du la formation libérale flamande Gwendolyn Rutten.

Le PS siège dans la majorité en Wallonie, en Fédération Wallonie-Bruxelles et à Bruxelles. Pour l'Open Vld, l'impliquer dans le débat ne constitue pas la meilleure idée.

"Une chance unique de diminuer la fiscalité et de réformer sans le PS. Pourquoi les demanderais-tu autour de la table", a demandé la présidente de l'Open Vld via Twitter à Geert Bourgeois.

Même son de cloche sur le compte Twitter du chef du groupe Open Vld de la Chambre, Patrick Dewael: "Bourgeois veut Magnette (PS) autour de la table pour la réforme fiscale. Good luck".

Sur le même sujet