La N-VA planche sur une nouvelle résolution parlementaire sur le génocide arménien

Il y a deux semaines déjà, Denis Ducarme, chef de groupe MR à la Chambre, expliquait à LaLibre.be qu'une proposition en vue d'une reconnaissance du génocide arménien par la Chambre des représentants allait être déposée.

BELGA
La N-VA planche sur une nouvelle résolution parlementaire sur le génocide arménien
©belga

Le député Peter De Roover (N-VA) a annoncé lundi avoir préparé une proposition de résolution à l'occasion de la commémoration du "génocide arménien" perpétré il y a un siècle. Souhaitant un large consensus à la Chambre, il propose son texte à la signature de tous les partis, majorité comme opposition. "Je souhaite encourager la Turquie à convenir de l'importance de la commémoration pour réaliser de nouveaux efforts permettant de faire face au passé", a expliqué Peter De Roover lundi dans un communiqué. "Nous invitons avec cette résolution la Turquie et l'Arménie à s'inscrire dans l'avenir".

"J'espère que cette résolution pourra bénéficier d'une large approbation à la Chambre. J'ai bon espoir de voir également les partis francophones y souscrire", a indiqué le député nationaliste flamand. Il y a deux semaines déjà, Denis Ducarme (MR), notre Invité du samedi, expliquait qu'une proposition en vue d'une reconnaissance du génocide arménien par la Chambre des représentants allait être déposée (tous les détails ici).

Disant son espoir d'un ralliement francophone, Peter De Roover évoque l'exclusion des rangs du cdH de la députée bruxelloise Mahinur Özdemir qui a refusé de reconnaître le génocide arménien. Il fait également allusion aux propos du ministre-président wallon Paul Magnette (PS) qui a appelé à un vaste débat parlementaire en vue de la reconnaissance du génocide, assurant que le député fédéral Emir Kir (PS) se plierait à la discipline de parti.

La question de la reconnaissance agite le Landerneau politique et médiatique belge alors que certains élus d'origine turque refusent, à l'instar d'Ankara, d'évoquer le terme de génocide validé par de nombreux historiens et intellectuels dont un nombre de plus en plus grand en Turquie.

D'aucuns appellent à ce que le gouvernement belge reconnaisse le génocide arménien comme le font de nombreux Etats étrangers. Interrogé récemment par le président des FDF, Olivier Maingain, le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, n'avait pas franchi le pas de la reconnaissance.

Le FDF s'est joint à une proposition de résolution du cdH appelant à la reconnaissance des génocides arménien, araméen et grec pontique.

Le parlement a déjà reconnu le génocide arménien en votant, en 1998, au Sénat, une résolution à l'initiative du socialiste Philippe Mahoux.