Theo Francken, l'histoire du nationaliste flamand qui avait une maman francophone

Le petit Theo a connu une enfance paisible à Lubbeek. Son père était le médecin local de cette commune rurale du Brabant flamand. Sa mère aidait son mari dans le cabinet médical. Ni l’un ni l’autre n’était des nationalistes. Portrait.

Theo Francken, l'histoire du nationaliste flamand qui avait une maman francophone
©Belga/D.R.
Frédéric Chardon
Le petit Theo a connu une enfance paisible à Lubbeek. Son père était le médecin local de cette commune rurale du Brabant flamand. Sa mère aidait son mari dans le cabinet médical. Ni l’un ni l’autre n’était des nationalistes, il faudra attendre que Theo Francken fréquente le KSA (Katholieke Studenten Actie, un mouvement de jeunesse...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet