Charles Michel à la Chambre: "Pour les djihadistes qui rentrent, leur place est en prison"

Le Premier ministre s'est exprimé jeudi matin devant la Chambre suite aux attentats survenus à Paris. Il a été applaudi à plusieurs reprises par l'opposition lors de son intervention. 400 millions d'euros supplémentaires seront retenus pour la sécurité et contre le terrorisme. Voici ses principales déclarations.

Rédaction en ligne avec Belga

Le Premier ministre s'est exprimé jeudi matin devant la Chambre, après les attentats de Paris. Fait rare: il a été applaudi à plusieurs reprises par l'opposition lors de son intervention.

Charles Michel a d'emblée évoqué le "combat des démocrates contre les ennemis de la libertés". "Le fanatisme est un poison qui déchire, le fanatisme est un poison qui divise", a déclaré le Premier ministre.

400 millions pour lutter contre le terrorisme

Il a annoncé en outre que 400 millions d'euros supplémentaires seront libérés en faveur de la sécurité et contre le terrorisme. "Un amendement sera déposé dès la semaine prochaine au projet de budget 2016", a-t-il précisé. Les moyens viseront notamment l'éradication des messages de haine, la concentration des efforts et des moyens sur les individus repérés comme potentiellement dangereux, le renforcement des moyens sécuritaires des services de sécurité et l'action sur le plan international.

"Pour les djihadistes qui rentrent, leur place est en prison"

Parmi les mesures annoncées, les plus spectaculaires concernent notamment les combattants revenant de Syrie. "Pour les djihadistes qui rentrent, leur place est en prison", a dit le Premier ministre. Pour les autres, une procédure contradictoire sera instaurée pour imposer le port d'un bracelet électronique.

Les autres mesures

Par ailleurs, des perquisitions seront désormais possibles en Belgique 24 heures sur 24. Le gouvernement prévoit également une modification de la Constitution afin de faire passer le délai de détention préventive de 24 à 72 heures.

Le chef du gouvernement belge a également fait valoir la volonté de son équipe d'appliquer le projet de contrôle des passagers (PNR) dans les avions et les trains à grande vitesse, sans attendre ce qui se prépare au niveau européen.

Autre mesure, les cartes de téléphone prépayées anonymes seront interdites.

Le gouvernement fédéral prépare également un plan pour la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean, en concertation avec les autorités régionales et locales, pour la sécurité et le vivre ensemble.

Le Premier ministre a demandé au parlement de mettre en place une commission spéciale de lutte contre le terrorisme.

Charles Michel répond aux critiques

Charles Michel a rappelé avoir témoigné auprès du président français François Hollande du soutien absolu des autorités belges dans la lutte contre le terrorisme. "Aussi, je n'accepte pas les critiques visant à dénigrer nos services de sécurité qui font un travail difficile et tenace. Je veux remercier avec vous, nos policiers, nos agents de renseignement, nos magistrats, nos enquêteurs pour leur courage et leur mobilisation", a tonné le Premier ministre, très largement applaudi dans l'hémicycle de la Chambre tout au long de son discours.

Et pour clôturer son intervention, d'environ 30 minutes, Charles Michel s'est montré engagé: "Nous ne céderons pas!"


>>>TOUTES LES MESURES DU GOUVERNEMENT ICI<<<