"Charles Michel trompé", "Le glas du gouvernement" : l'opposition très critique suite aux propos de De Wever

Les propos de Bart De Wever, qui annonce que la N-VA va relancer ses travaux institutionnels, ont évidemment fait réagir les partis francophones. Même le MR s'est senti obligé de communiquer suite à cette énième sortie du président de la N-VA.

Rédaction web
"Charles Michel trompé", "Le glas du gouvernement" : l'opposition très critique suite aux propos de De Wever
©Belga

Les propos de Bart De Wever, qui annonce que la N-VA va relancer ses travaux institutionnels et plancher sur l'émancipation flamande, ont évidemment fait réagir les partis francophones.

Di Rupo : Charles Michel "a été trompé"

Elio Di Rupo, président du PS, a très vite réagi en indiquant que "Charles Michel ne s’est pas trompé sur la N-VA: il a été trompé. La N-VA n’a jamais laissé tomber ses revendications communautaires. Aujourd’hui, elle affirme encore plus ouvertement qu’elle relance le débat institutionnel. Il est grand temps que le Charles Michel et le MR se réveillent: ils doivent enfin, et sérieusement, rappeler à l’ordre leur partenaire de gouvernement!", affirme le Montois.


CDH : "Le glas du gouvernement Michel"

"La N-VA tombe définitivement le masque. Bart De Wever souhaite plonger notre pays dans une nouvelle crise institutionnelle", indique pour sa part le CDH. La formation de Benoit Lutgen s'interroge : "Comment le MR peut-il encore rester dans un gouvernement avec un partenaire qui, un an et demi après avoir pris des engagements, rompt sa promesse de ne pas faire d’institutionnel ?"

"Les intentions des nationalistes sont en voie de concrétisation et le soi-disant statut quo communautaire est une grande illusion", a mis en garde mercredi la cheffe de groupe cdH à la Chambre, Catherine Fonck, apprenant que le président de la N-VA, Bart De Wever, comptait relancer la réflexion institutionnelle au sein de sa formation. Elle se demande quand le Premier ministre Charles Michel (MR) "va-t-il enfin oser s'exprimer pour défendre la Belgique."

"La N-VA est au service de l'indépendance de la Flandre. Son comportement au niveau du fédéral va sans cesse en ce sens", a réagi Mme Fonck après les déclarations de Bart De Wever.

"Combien de temps le Premier Ministre restera-t-il encore silencieux face aux assauts répétés de Bart De Wever et de ses lieutenants?", lance la cheffe de file au Premier ministre libéral. L'élue cdH estime que le MR fait preuve "d'un aveuglement complice et dangereux pour l'ensemble des francophones".

Selon elle, "la démonstration est faite que le MR est tombé les deux pieds dans le piège du parti nationaliste en acceptant de s'y associer", et ce alors même que les nationalistes "ne s'encombrent même plus de ménager un minimum" leur seul partenaire francophone dans la coalition fédérale.

Pour le cdH, qui avait refusé de monter dans l'attelage fédéral malgré de nombreux appels du pied, "La déclaration de Bart De Wever sonne le glas de ce gouvernement. Charles Michel et son parti, le MR, sont les complices de cette stratégie de la fin de la Belgique. Ce sont surtout les francophones qui paient les frais de cette politique MR/N-VA depuis 18 mois".


Ecolo: "Tout le reste passe au second plan"

Zakia Khattabi, co-présidente du parti Ecolo a réagi sur Twitter. "Pendant qu'on parle de De Wever, le nucléaire et tout le reste des politiques du gouvernement fédéral passe au second plan, bien joué !"


DéFI : "Le problème, ce n'est pas la N-VA mais le MR"

Selon eux, les libéraux francophones préparent la scission du pays en conservant leur alliance avec les nationalistes flamands. "Le problème, ce n'est pas la N-VA, car elle confirme sa vraie nature: un parti qui n'a aucun respect des engagements. Le problème, c'est le MR qui reste acoquiné avec la N-VA. Les politiques du gouvernement De Wever-Michel mènent inéluctablement à l'affaiblissement de l'État belge. La N-VA prépare ainsi le séparatisme à l'avantage de la Flandre", a déclaré le parti d'Olivier Maingain.


MR : "La N-VA est un parti indépendantiste"

Même le MR, parti de Charles Michel, s'est senti obligé de communiquer suite à cette énième sortie du bourgmestre d'Anvers. La N-VA ne remet pas en cause l'accord sur la mise au frigo des revendications communautaires pendant 5 ans, a-t-on fait remarquer au siège du MR. Les Réformateurs ne sont toutefois pas étonnés par la déclaration de M. De Wever dont le parti demeure nationaliste. "Nous sommes dans un gouvernement qui a décidé de mettre le communautaire au frigo pendant 5 ans et cela n'est pas remis en cause. Personne n'ignore que la N-VA est un parti indépendantiste et qu'elle reviendrait en 2019 avec des revendications. Ce n'est pas étonnant qu'un parti réfléchisse à son positionnement politique. Le PS le fait en formulant des propositions de gauche, le MR en formulant des propositions libérales et la N-VA avec des propositions nationalistes", a-t-on souligné.


Clarifications de la N-VA

Le MR, partenaire de coalition de la N-VA à l'échelon fédéral, n'était pas informé de cette annonce de la N-VA, a-t-on reconnu chez les nationalistes. Le parti entendait mettre les libéraux au courant ce mercredi avant une sortie publique jeudi mais des fuites dans la presse ont précipité les événements.

Le MR a depuis lors été informé. "Naturellement, ils tombaient des nues et ils étaient complètement surpris, ce qui est compréhensible. Mais nous respectons notre accord à la lettre: on ne mettra pas d'exigences communautaires sur la table pendant cette législature", a expliqué le porte-parole de la N-VA.