Le CDH soigne sa visibilité

C’est notamment sa section liégeoise que le parti a renforcée ce week-end.

Le CDH soigne sa visibilité
©DR
BdO

Il n’y a pas que les compétences individuelles qui comptent. Une nomination ministérielle répond aussi à des logiques stratégiques, sur la base de positionnements savamment pensés. Celle de Marie-Martine Schyns à l’Education et de Alda Greoli à la Culture, pour reprendre les compétences détenues par la seule Joëlle Milquet, n’échappent évidemment pas à cette règle immuable.

Parmi ces motivations, il y a de toute évidence la volonté du CDH de mettre en avant deux noms capables de tirer le parti dans la province de Liège, où il est en manque de locomotives après les départs de Melchior Wathelet et d’Anne Delvaux. Marie-Martine Schyns est en effet basée à Herve et Alda Greoli emménagera prochainement à Liège.

Le choix d’Alda Greoli, rompue aux négociations, s’explique aussi par la nécessité de se doter d’une personnalité forte capable d’assumer la fonction stratégique de vice-présidence au sein du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Mais ces choix ont des conséquences par effet de domino.

Le CDH cède les Sports au PS

En additionnant ceux des deux gouvernements francophones - celui de la Région et celui de la Fédération -, les ministres seront désormais 14. A titre de comparaison, c’est 5 ministres de plus qu’en Flandre. Vertement critiqué pour un tel choix, Benoît Lutgen s’est défendu en promettant que, d’un point de vue budgétaire, les dépenses n’augmenteront pas. L’opposition reste cependant sur sa faim.

Enfin, une autre conséquence touche aux équilibres entre les partis. Le CDH gagne un ministre dans le gouvernement de la Fédération. Il fallait donc rendre la monnaie au PS. Pour ce faire, les transferts ont été savamment orchestrés. René Collin (PS) quitte le gouvernement de la Fédération et confie les Sports au ministre Madrane (PS). A la Région, ce même René Collin voit ses compétences renforcées en héritant du dossier des Aéroports, compétence qui relevait auparavant du cabinet du ministre CDH Carlo Di Antonio. Si les humanistes gagnent donc un ministre, ils perdent une compétence.

Les équilibres politiques relèvent décidément de judicieuses répartitions.