Quand le président du Gerfa refuse de rencontrer Benoît Lutgen

Le CDH a voulu prouver à Michel Legrand que la nomination des ministres Schyns et Greoli ne coûtera pas 600 000 euros de plus.

Quand le président du Gerfa refuse de rencontrer Benoît Lutgen
©Belga
Antoine Clevers

Le CDH a voulu prouver à Michel Legrand que la nomination des ministres Schyns et Greoli ne coûtera pas 600 000 euros de plus.

Benoît Lutgen, président du CDH, avait promis, samedi, que la nomination de deux ministres, Marie-Martine Schyns et Alda Greoli, à la place de Joëlle Milquet, serait neutre budgétairement. Pour y parvenir, le CDH entend réduire les coûts de fonctionnement des cabinets ministériels. Mais Michel Legrand, président du Gerfa (Groupe d’étude et de réforme de la fonction administrative), n’y croit pas. Selon ses calculs, le montant de l’ardoise s’élèvera à 602 000 euros par an.

“Benoît Lutgen a facile à dire que l’effet sera neutre, c’est de l’eau bénite de dire cela”, a commenté M. Legrand, lundi, dans les colonnes de SudPresse. “Il sera impossible de transférer le coût total de ce ministre supplémentaire par le biais d’une réduction de dépenses de cabinet. De toute manière, PS et CDH ont la mainmise sur les budgets des cabinets, et ce sera impossible à vérifier.”

Benoît Lutgen l’a pris au mot. Lors d’un vif échange téléphonique, et ensuite via un échange de courriels (que nous avons pu lire), le président centriste a invité Michel Legrand à rencontrer ce lundi soir un collaborateur CDH qui aurait pu lui exposer “l’ensemble des éléments budgétaires”. Mais le président du Gerfa a refusé, réclamant par avance une série de documents "complets et confirmés par le ministre du Budget, M. André Flahaut".

“Je suis déçu que vous n’acceptiez pas notre invitation qui vous aurait pourtant permis de rectifier vos propos”, a alors conclu M. Lutgen dans un dernier mail. “Que le Gerfa refuse la main tendue, en dépit de la calomnie dont il se rend coupable, ne nous étonne qu’à moitié”, a ensuite ajouté, pour La Libre, le Bastognard. “Les ministres CDH s’en remettront à la Cour des Comptes, à laquelle ils transmettront l’ensemble des informations nécessaires à son contrôle.” Rendez-vous est déjà pris.

Sur le même sujet