"La fin du vote obligatoire avantagerait le MR et Ecolo"

Pascal Delwit, professeur de science politique à l’université libre de Bruxelles (ULB), décode les enjeux qui se cachent derrière l’abandon - ou le maintien - de l’obligation de vote. Si l’introduction de cette règle en 1893 visait à protéger le pouvoir du parti catholique, le passage à un vote facultatif ferait aujourd’hui les affaires des libéraux et des écolos.

"La fin du vote obligatoire avantagerait le MR et Ecolo"
©Alexis Haulot
Entretien Frédéric Chardon

Pascal Delwit, professeur de science politique à l’université libre de Bruxelles (ULB), décode les enjeux qui se cachent derrière l’abandon - ou le maintien - de l’obligation de vote. Si l’introduction

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet