Fête du sacrifice: "Scandalisé" par l'attitude d'ITC, Vervoort présente les excuses de la Région

Selon le ministre-président bruxellois, le bilan précis de l'édition 2016 de la fête du sacrifice sera établi dans les prochains jours, en concertation avec toutes les parties impliquées: services régionaux, communes et associations musulmanes.

Belga
Fête du sacrifice: "Scandalisé" par l'attitude d'ITC, Vervoort présente les excuses de la Région
©Alexis Haulot

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) a présenté mercredi matin les excuses du gouvernement bruxellois aux personnes qui ont eu à subir les conséquences de l'organisation, à Bruxelles, de l'abattoir temporaire, confiée à un opérateur privé.

Disant avoir constaté avec colère que la société ITC n'avait tenu ses engagements ni envers les fidèles, ni envers la Région bruxelloise, il a annoncé avoir requis les services d'un avocat pour étudier la meilleure façon de dédommager les personnes lésées et d'obtenir réparation auprès de celui-ci. Selon M. Vervoort, le bilan précis de l'édition 2016 de la fête du sacrifice sera établi dans les prochains jours, en concertation avec toutes les parties impliquées: services régionaux, communes et associations musulmanes.

Mardi, le bourgmestre de Schaerbeek Bernard Clerfayt (DéFI) avait estimé que les autorités régionales devaient apporter des réponses rapides sur l'ensemble des questions qui se posent quant à cette organisation qu'il avait qualifiée d'"échec cuisant". Il avait aussi jugé qu'il "serait juste qu'elles s'excusent auprès des personnes lésées".

Dans un communiqué adressé à l'agence Belga, Rudi Vervoort a rappelé mercredi que l'appel au marché pour la mise sur pied d'un abattoir mobile moderne permettant aux bruxellois de confession musulmane de vivre leur foi dans de le strict respect du cadre légal et sanitaire avait été lancé "face à la contestation de légalité des sites d'abattages temporaires organisés par les communes jusqu'en 2015".

C'est la société ITC, basée à Lokeren, spécialiste de la filière viande et forte d'une expérience positive d'abattoir mobile à Namur qui a décroché le marché. D'après le ministre-président bruxellois, celle-ci a en outre conclu une convention avec des associations musulmanes de terrain afin d'encadrer l'événement de manière adéquate et une autre avec la Région de Bruxelles-Capitale, afin de définir les obligations des parties. Elle a notamment assuré être en mesure d'abattre 2.500 moutons sur 3 jours (soit 833 moutons par jour) dans son abattoir mobile.

"Seules 655 personnes se sont inscrites pour obtenir un abattage effectué par ITC. Ces 655 moutons auraient donc dû, sans difficultés, être abattus dès le premier jour de la fête du sacrifice. Je suis scandalisé par l'attitude désinvolte d'ITC, qui n'a pas assuré les cadences d'abattage annoncées, ni les livraisons prévues, ni l'information élémentaire des fidèles déboussolés et légitimement fâchés", a commenté Rudi Vervoort, reprochant à cette société, par ses multiples manquements, d'"avoir gâché cette célébration annuelle majeure".