Michel : "La Belgique ne peut juridiquement signer le CETA sans accord de la Région wallonne"

M. Michel a évoqué lundi une "situation très grave" alors qu'"une entité est en train de bloquer l'accord qui a été négocié".

belga
Michel : "La Belgique ne peut juridiquement signer le CETA sans accord de la Région wallonne"
©DR

La Belgique ne peut "juridiquement et constitutionnellement" signer l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (CETA) sans l'accord de la Région wallonne, a indiqué lundi à la Chambre le premier ministre Charles Michel. Celui-ci était interrogé dans le cadre du débat sur la politique générale du gouvernement par la cheffe de groupe PS Laurette Onkelinx, alors que son homologue Open Vld Patrick Dewael avait appelé à passer outre l'éventuelle opposition de la Région wallonne de manière à éviter le blocage de cet accord entre l'UE et le Canada.

M. Michel a évoqué lundi une "situation très grave" alors qu'"une entité est en train de bloquer l'accord qui a été négocié".

"Je reçois beaucoup de marques d'inquiétude de personnalités de pays européens et du Canada, de toutes les familles politiques", a encore indiqué le premier ministre, précisant que le gouvernement wallon est presque le seul à ne pas avoir manifesté son soutien.

Mme Onkelinx a répliqué que l'opposition était bien plus large, émanant des classes moyennes, des milieux agricoles et des associations.


Magnette : "La Wallonie fait face à des menaces à peine voilées ces dernières heures sur le CETA"

Alors qu'il ne faisait jusqu'ici état que de pressions très fortes pour que la Wallonie donne son feu vert au traité commercial de libre-échange UE-Canada, le ministre-président wallon Paul Magnette a affirmé lundi que la Région faisait face depuis ces dernières heures à "des menaces à peine voilées", ce qui ne l'empêche pas de "maintenir le cap". "C'est un combat très difficile, nous subissons parfois même des menaces à peine voilées ces dernières heures", a reconnu M. Magnette (PS), lors d'un débat sur les grandes lignes de sa politique gouvernementale au parlement wallon.

Les discussions vont bon train ces derniers jours sur les demandes wallonnes de clarifications et de garanties pour le CETA. Paul Magnette dit attendre encore un nouveau texte dans les heures qui viennent. Il réclame le temps nécessaire pour l'examiner et se dit prêt, si ce texte n'est pas satisfaisant, à confirmer le refus wallon. Le socialiste a également évoqué la possibilité que le sommet UE-Canada du 27 octobre soit annulé dans ce cas.