Baromètre politique: Défi calé sur son ancrage bruxellois

- FDF: congrès relatif au changement de nom du parti - FDF congres: naamsverandering * Olivier Maingain *Defi 13/11/2015 pict. by Christophe Licoppe © Photo News
- FDF: congrès relatif au changement de nom du parti - FDF congres: naamsverandering * Olivier Maingain *Defi 13/11/2015 pict. by Christophe Licoppe © Photo News ©Photo News
Mathieu Colleyn

Avec 14,2 %, le parti d’Olivier Maingain a plus de succès pour les élections régionales.

Comme souvent, les évolutions sondagières sont un peu moins marquées à Bruxelles qu’en Wallonie. Certes, en cette fin d’année, le PS reprend-il la première place au MR (qui s’affaisse légèrement), mais sur base de variations qui demeurent inférieures à la marge d’erreur. Le CDH semble quant à lui freiner sa dangereuse chute en stabilisant à 7 %. Et le PTB poursuit sa progression (à 9,6 %, ce n’est pas rien) mais beaucoup plus lentement qu’en Wallonie. Ecolo stabilise aussi toujours légèrement au-delà de son très mauvais score de 2014.

Pour ce dernier exercice Dedicated/"La Libre" de 2016, nous nous attarderons sur les performances de Défi. Sur le plan fédéral, les troupes d’Olivier Maingain ne parviennent pas vraiment à décoller par rapport à leur bon résultat de 2014. Elles perdent même quelques plumes par rapport au dernier baromètre. Et les résultats du parti amarante en Wallonie sont toujours aussi catastrophiques.

Par contre, si le panel de sondés est interrogé sur ses intentions pour les élections régionales à Bruxelles, Défi se porte beaucoup mieux. Ainsi, aux élections régionales de 2014, le parti a fait 13,1 %, le baromètre le place aujourd’hui à 14,2 % (Défi était à 11,6 pour la Région bruxelloise lors du sondage de septembre). Le parti, incarné par Didier Gosuin et Cécile Jodogne au sein de l’exécutif régional bruxellois, engrange donc des points en termes de crédibilité. Défi est récompensé pour sa participation au pouvoir régional. Une évolution dont on se félicitera sans doute à la chaussée de Charleroi mais qui semble figer l’ancrage très bruxellois de cette formation, réduite à l’état de petit parti au Parlement fédéral suite à son éviction du MR et toujours inexistante au Sud du pays.