Publifin: Une partie des rémunérations litigieuses a été reversée aux partis, ceux-ci répondent

Frédéric Chardon
Publifin: Une partie des rémunérations litigieuses a été reversée aux partis, ceux-ci répondent
©BELGA

Les partis politiques ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas… Les rémunérations versées forfaitairement aux membres des comités de secteur du groupe public liégeois Publifin ont été partiellement rétrocédées aux fédérations liégeoises des formations concernées. La même règle s’applique aux autres structures publiques de même type, bien sûr. En clair, on parle du PS, du MR et du CDH. De fortes sommes d’argent ont été octroyées à certains mandataires qui ne venaient même pas aux réunions des fameux comités et les partis en ont tiré aussi une part.

Une dîme de 10 %…

Au PS et au CDH, la règle est que les bénéficiaires de mandats de ce type redistribuent à leur parti 10 % de la somme versée. Les membres socialistes des comités de secteur de Publifin "ristournaient 10 % du brut à la fédération liégeoise, explique la porte-parole d’Elio Di Rupo. Ces montants seront intégralement remboursés si les rémunérations s’avèrent illégales, ou versées à des associations dans le cas contraire puisqu’il y a de toute façon, à tout le moins, un problème éthique." Autrement dit, le PS s’engage à reverser également les sommes perçues sur le dos de Publifin via les rétrocessions de ses membres placés au sein des comités de secteur.

En ce qui concerne le CDH, un humaniste nous décrit un système similaire. Ici aussi, 10 % des montants perçus chez Publifin (et autres organismes) sont reversés. "Cet argent est rétrocédé aux fédérations d’arrondissement du parti, confie notre source. L’argent perçu au niveau des arrondissements est ensuite consolidé dans les comptes de l’ASBL qui gère les finances du CDH. Ils sont validés ensuite par un expert-comptable qui procède par coup de sonde pour vérifier les montants rétrocédés par les mandataires. Le parti était donc bien au courant des rémunérations versées chez Publifin. Parler de cela, c’est parler aussi du problème de financement des partis politiques."

Ah, et au MR ? Il y a aussi une obole versée par les membres des comités de secteur de Publifin et, de manière générale, par tous les membres de structures publiques exécutives (tels que les comités de secteur) : ils versent 25 euros par mois à la fédération liégeoise du MR, quels que soient les montants perçus. C’est un forfait, autrement dit. "Il s’agit de les faire participer aux frais de secrétariat du parti au niveau provincial et des arrondissements", confirme une source libérale principautaire. S’il fallait que les membres des comités de secteur remboursent les sommes perçues, la fédération liégeoise du MR ne compte pas rendre les primes mensuelles de 25 euros que ces personnes lui versaient.

A la grosse louche : 200 000 euros

Combien au total PS, CDH et MR ont-ils "palpé" grâce à Publifin ? Difficile à estimer. Tout le monde a-t-il bien rétrocédé de l’argent à sa formation ? Mais, à la très grosse louche si l’on applique la rétrocession de 10 % (le cas du PS et du CDH) aux montants bruts perçus depuis 2013 dans les comités de secteur (2 millions d’euros), on arrive tout de même à 200 000 euros reversés aux fédérations…