Publifin: "Je suis hanté par l'idée d'être passé à côté de quelque chose", se défend le Hutois Marc Hody

Belga

Le conseiller provincial Ecolo Marc Hody, seul membre du CA de Publifin à avoir été reconduit dans ses fonctions il y a quinze jours, s'est dit hanté par l'idée de n'avoir pu repérer à quel point les comités de secteur de l'intercommunale étaient inactifs. "J'assume ma part de responsabilité, mais comment un esprit sain peut-il anticiper un tel comportement ? C'est soit un relâchement total, soit ils ont été couverts... Et je n'ai eu aucune connaissance à un moment donné de ces dysfonctionnements", a déclaré le Hutois, dernier auditionné jeudi devant la commission d'enquête Publifin du parlement wallon.

Il a expliqué aux députés avoir toujours cru que les membres des comités de secteur étaient payés au jeton de présence. Il estime qu'il n'aurait pu deviner l'existence de rémunération fixes vu l'ambiguïté des informations données au CA. Et rien n'était mentionné au rapport du comité de rémunération de 2015. "Je suis hanté par l'idée d'être passé à côté de quelque chose. Seuls les gens initiés savaient".

Marc Hody est revenu sur ses démêlés avec le président du CA André Gilles et les vice-présidents Pire et Drion, ainsi que sur ce qu'il a ressenti comme des manœuvres d'intimidation de leur part pour ne pas poser trop de questions sur la stratégie du groupe. "Quand vous n'êtes pas gentil, on vous punit, on convoque des avocats pour vous expliquer l'intérêt communal et provincial, puis on vous fait comprendre que des administrateurs font fuiter des infos, et que si ça continue, on révoque et on attaque en justice."

Pour lui, il serait facile de changer la structure du groupe dès lors qu'il y aurait un accord politique. "Les associés reprendraient leur place ; il faut qu'ils disposent d'un contrôle de toute la structure, dans la mesure où ce n'est que de l'argent public."

Il a rappelé qu'Ecolo n'avait pas été associé à la discussion entre partis préalable à la création des comités de secteur et que, concernant la structure du groupe Publifin-Nethys, Stéphane Moreau lui-même avait confirmé que le projet n'avait été présenté qu'aux trois grands partis.


Sur le même sujet