Kazakhgate: face aux attaques de Chodiev, la Chambre soutient Gilkinet

Belga

La présidence de groupe tournante d'Ecolo-Groen à la Chambre, composée des députés Jean-Marc Nollet et Kritof Calvo, a écrit au président de l'assemblée, Siegfried Bracke, afin de s'entretenir ce jour avec lui après une nouvelle citation du milliardaire belgo-kazakh Patokh Chodiev visant cette fois le député Georges Gilkinet actif au sein de la commission d'enquête Kazakhgate, a-t-on appris jeudi. Il s'agit de la seconde action en justice après une précédente visant le parlement. "Posé au moment où la commission d'enquête entre dans le vif du sujet et au coeur des mécanismes ayant menés à la transaction tant décriée, nous ne pouvons que l'interpréter comme une tentative d'intimider et de museler notre collègue (...)", écrit le groupe Ecolo-Groen.

Ce dernier évoque également "des menaces plus ou moins explicites formulées" à l'endroit de M. Gilkinet alors que des informations selon lesquelles les avocats de M. Chodiev ont mandaté un cabinet de renseignements d'affaires américain pour les épauler dans cette affaire.

Georges Gilkinet est un des membres les plus actifs de la commission d'enquête, convaincu depuis 2012 que les faits relèvent d'une affaire d'Etat. Il a demandé que le ministre Didier Reynders vienne s'y expliquer au plus vite, irritant les représentants du MR. "Vous envoyez continuellement des missiles sur Didier Reynders, mais faites attention, car un jour, un missile pourrait avoir un souci de production et risquerait de vous sauter à la figure", lui a répliqué le député Damien Thiery, également membre de la commission d'enquête, il y a deux semaines sur RTL-TVI.

"J'ai été désigné pour me faire une opinion et l'exprimer dans cette affaire. Ma responsabilité est de faire émerger la vérité, et celle-ci est de plus en plus évidente. Il s'agit à présent de trouver les responsabilités et de pousser à des réformes. Ceux qui pensent pouvoir faire pression se trompent lourdement", a réagi M. Gilkinet.

Les Verts attendent du président de la Chambre qu'il mette en place les moyens permettant à "notre collègue et chacun des membres de la commission d'enquête" de poursuivre leur travail avec la sérénité requise et sans qu'aucune pression ne puisse être exécutée à leur encontre. C'est la question du respect de la démocratie parlementaire qui est en jeu, estiment-ils.

Un vent favorable a transmis à l'hebdomadaire 'Le Vif/L'Express', au quotidien 'De Standaard' et au journaliste anglais indépendant Nick Kochan un projet de citation directe (summons, en anglais) à l'encontre de M. Gilkinet. M. Chodiev réclame au député Ecolo un euro à titre provisionnel pour les dommages causés à son image, à réévaluer durant la procédure, précise 'Le Vif'.


La réaction de Siegfried Bracke, qui soutient Gilkinet

La Chambre des représentants soutiendra le député Georges Gilkinet dans sa défense, a annoncé jeudi le président de l'assemblée, Siegfried Bracke. Après avoir déjà précédemment cité à comparaître la Chambre en raison de fautes présumées dans le fonctionnement de la commission parlementaire d'enquête "Transaction pénale", M. Chodiev cite cette fois-ci, à titre individuel, un membre de cette commission d'enquête, en l'occurrence le député écologiste.

"Une comparaison des deux citations fait apparaître clairement qu'elles ont une finalité commune: intimider la Chambre, dans sa totalité ou à travers l'un de ses membres, dans le cadre de l'exercice de ses compétences constitutionnelles", a souligné M. Bracke (N-VA) dans un communiqué.

"Bien qu'il ne soit pas d'usage que la Chambre défende en justice ses membres dont la responsabilité est mise en cause, il s'agit en l'espèce d'une question de principe. En ma qualité de président de la Chambre, je ne puis faire autrement que défendre l'autonomie constitutionnelle du Parlement", a-t-il ajouté.

L'assemblée soutiendra donc le député dans la défense de ses droits constitutionnels, et "à travers lui, des droits constitutionnels de tous les membres de la Chambre", a-t-il conclu.

La Chambre a déjà mandaté un avocat pour la représenter face à la citation à comparaître que lui a adressé M. Chodiev. Vu l'unité d'intention, cet avocat représentera également M. Gilkinet, a-t-on expliqué au cabinet de M. Bracke.


Ecolo dénonce "les nouvelles tentatives d'intimidation" de Patokh Chodiev

Les deux coprésidents d'Ecolo, Zakia Khattabi et Patrick Dupriez, ont dénoncé jeudi "les nouvelles tentatives d'intimidation à l'égard d'un parlementaire" après la révélation d'une nouvelle citation du milliardaire belgo-kazakh Patokh Chodiev visant cette fois le député Georges Gilkinet actif au sein de la commission d'enquête Kazakhgate. "Après avoir cité en justice la commission d'enquête parlementaire sur la transaction pénale, M. Patokh Chodiev s'attaque désormais directement à notre parlementaire Georges Gilkinet. Après s'être attaqué à l'institution, M. Chodiev vise un homme. Cet acte n'est pas anodin. Posé au moment où la commission d'enquête entre dans le vif du sujet et au cœur des mécanismes ayant mené à la transaction tant décriée, nous ne pouvons que l'interpréter comme une tentative d'intimider et de museler un parlementaire qui ne ménage pas ses efforts pour faire éclater la vérité", ont-ils indiqué dans un communiqué.

"Cette démarche hostile s'ajoute à des menaces plus ou moins explicites formulées à l'encontre de Georges Gilkinet. Assigner en justice un parlementaire qui ne fait que le travail qui est attendu de lui, tant par l'institution que par les citoyens, est aussi une manière de porter atteinte aux principes qui régissent notre démocratie. Derrière cette nouvelle salve de M. Chodiev, c'est le principe même de la commission d'enquête qui est attaqué", ajoutent les deux coprésidents d'Ecolo.

Mme Khattabi et M. Dupriez évoquent également le fait qu'un cabinet de renseignement d'affaires américain aurait été mandaté par les avocats de M. Chodiev pour les épauler dans leurs démarches. "Manifestement, ils ne lésinent pas sur les moyens utilisés pour arriver à leurs fins", commentent-ils.


Van der Maelen: "Chodiev se situe encore derrière le Rideau de Fer"

Le président de la commission d'enquête parlementaire sur la transaction pénale élargie, le député Dirk Van der Maelen (sp.a), a apporté jeudi son plein soutien à son collègue écologiste Georges Gilkinet. "Patokh Chodiev se situe encore avant 1989 (année de la chute du Mur de Berlin, ndlr) et derrière le Rideau de fer. La Belgique est une démocratie parlementaire avec la liberté d'expression, certainement pour les parlementaires", a-t-il affirmé dans une déclaration à l'agence Belga.

M. Van der Maelen a assuré le député Gilkinet - l'un des membres les plus actifs de la commission d'enquête - "de son plein soutien".

"Si je devais à mon tour être visé par une citation directe (émise) par Chodiev dans cette affaire, je le considérerais comme un compliment et comme la preuve que je suis dans le bon", a affirmé le député socialiste.

Il a ajouté prendre cette citation comme une attaque contre toutes les commissions d'enquête parlementaires. "Celles-ci ont un rôle essentiel à remplir dans une démocratie parlementaire dans la recherche de la bonne gouvernance de notre pays. Amener la transparence dans des affaires répugnantes est un rôle crucial pour les parlementaires", a-t-il poursuivi.

"Nous ne pouvons risquer de les mettre en danger par des citations émanant de personnes dont il est établi qu'elles ont commis des actions douteuses", a encore dit M. Van der Maelen.

M. Chodiev, au centre des travaux de la commission présidée par le député socialiste, avec deux autres hommes d'affaires d'un trio kazakh, a déjà déposé plainte contre l'Etat belge et la Chambre.


Olivier Maingain réagit via Twitter