Négociations : réunis ce jeudi soir, les libéraux sont loin d'être euphoriques

Négociations : réunis ce jeudi soir, les libéraux sont loin d'être euphoriques
©Belga
Frédéric Chardon

Le président du MR, Olivier Chastel, a réuni les parlementaires libéraux au QG du parti, avenue de la Toison d'Or. Il s'agissait de faire un premier point auprès des troupes après le "coup" politique de Benoît Lutgen, lundi. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les réformateurs sont loin d'être aux anges... C'est la prudence, voire l'inquiétude, qui prévaut. 

En fait, Olivier Chastel a expliqué à ses députés que rien n'est signé, ni en Wallonie, ni pour la Région bruxelloise (où les perspectives sont plus sombres qu'en Wallonie pour une alliance incluant le MR). Les négociations, toujours pas réellement lancées, sont parties pour durer, selon le président libéral. Et toutes les possibilités sont envisagées à ce stade : y compris celle où le MR reste dans l'opposition dans tous les gouvernements des entités fédérées. "On ne saute pas de joie", confirme un élu qui a assisté à ce bureau politique très spécial. "Certains députés se sont aussi énervés sur le décumul intégral des mandats demandé par Ecolo, explique un autre MR. Ils préfèrent s'en tenir à l'idée libérale d'un cumul autorisé pour les communes de moins de 50.000 habitants." Par ailleurs, Olivier Chastel a demandé aux parlementaires MR de ne pas faire de commentaires ni d'exposer leurs préférences dans la presse sur les futures coalitions.

Enfin, sur l'idée que le top du MR était de mèche avec Benoît Lutgen dans ce qui aurait été une vaste opération concertée de largage du PS, il semble que cette hypothèse soit complètement fausse. "Ni Charles Michel, ni Olivier Chastel n'étaient au courant. On l'a tous appris lundi, contrairement à ce qu'un certaine presse a pu écrire. Au contraire, personne ne comprend ce que Lutgen a voulu faire."