Peter De Roover, chef de groupe N-VA à la Chambre : "Le siège de notre démocratie ne se trouve pas encore à Marrakech"

Peter De Roover, chef de groupe N-VA à la Chambre : "Le siège de notre démocratie ne se trouve pas encore à Marrakech"
©Dirk Waem
F.G.

Le Pacte des Nations Unies sur les migrations a encore fait parler de lui, ce jeudi en séance plénière à la Chambre. Le Premier ministre Charles Michel faisait face aux différents chefs de groupe et a dû répondre à 13 questions sur le sujet, rapporte la RTBF.

Peter De Roover, chef de groupe N-VA à la Chambre, ne s'est pas montré tendre avec ce Pacte auquel il ne veut pas adhérer. "Le Pacte n'est pas contraignant ?" commente Peter De Roover. "Si ce n'est pas le cas, je suggère que l'on n'y adhère pas."

Pour lui, c'est à Bruxelles que se décide la politique de migration. "Ceci est le lieu où nous déterminons la politique de migration. Le siège de notre démocratie se trouve à Bruxelles et pas encore à Marrakech."

Du côté de la cheffe de groupe CDH, Catherine Fonck, on souhaite que Charles Michel ne revienne pas sur son engagement exprimé à la tribune des Nations Unies : "C’est ainsi que nous saurons dans quel camp vous êtes: celui des populistes ou celui des démocrates" a lancé la députée fédérale.

Seuls le Vlaams Belang et une députée dissidente des nationalistes se sont exprimés contre la signature du Pacte.

Invité de l'émission de la RTBF "Jeudi en prime+" ce jeudi soir, le Premier ministre s'est exprimé sur le sujet. "Nous allons avoir, avec la N-VA, une discussion sur le fond" a expliqué Charles Michel. "J'ai confiance dans la capacité de chacun de faire preuve de courage autour de la table gouvernementale. J'aurai la même détermination avec ce Pacte qu'avec le CETA."

Le Pacte mondial de l'ONU pour des migrations sûres, ordonnées et régulières doit être signé à Marrakech (Maroc) le 11 décembre.