MR et N-VA, une vraie dépendance réciproque au-delà du show

Analyse > Frédéric Chardon
Au PS, on ne parle de l’actuelle majorité fédérale qu’en ces termes : "le gouvernement MR/N-VA". Il s’agit de rappeler en permanence aux électeurs le poids de la "faute" qui pèse sur les épaules des libéraux francophones : avoir monté une coalition en 2014 avec les nationalistes flamands. Bien sûr, c’est de la communication politique...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité