Pourquoi les chances de la N-VA d’imposer une grande réforme de l’État sont quasi nulles

Pourquoi les chances de la N-VA d’imposer une grande réforme de l’État sont quasi nulles
©BELGA
Le premier parti du pays demande aujourd’hui des élections anticipées. Excepté le Vlaams Belang, aucune autre formation politique ne le souhaite. Les ténors de la N-VA, Bart De Wever et Theo Francken en tête, entendent désormais tirer des bénéfices électoraux de la crise politique qu’ils ont provoquée sur l’approbation...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet