Paul Magnette (PS) : "Gouverner avec la N-VA n'est toujours pas une option"

Rédaction (avec Belga)

Gouverner avec la N-VA n'est toujours pas une option pour le PS, a rappelé lundi Paul Magnette à l'issue du Bureau des socialistes francophones. Dimanche soir, les informateurs royaux, Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a), ont réuni le PS, la N-VA, le MR, l'Open Vld, le CD&V, Groen et le sp.a pour leur présenter la note qu'ils ont préparée dans le cadre de leur mission.

"C'était une première discussion. Chacun a répété son point de vue et rien d'autre", a expliqué M. Magnette.

C'était la première fois que le PS rencontrait la N-VA depuis longtemps. Les socialistes n'ont toutefois pas changé d'attitude. Il demeure impossible de négocier avec les nationalistes flamands dans le cadre de la formation d'un gouvernement fédéral.

"Ca reste pour nous impossible. Si on voit le programme socio-économique, les idées sur les droits de l'homme ou la migration, et ce genre de choses, je ne vois pas comment ce serait possible", a commenté le bourgmestre de Charleroi, qui a participé dimanche à la réunion des informateurs.

En tant que telle, il n'y a d'ailleurs pas eu de discussion directe entre PS et N-VA. M. Magnette n'a échangé avec Bart De Wever qu'"autour du buffet", a-t-il ironisé.

Globalement, il semble que les points de vue des différents parti demeurent très éloignés. "C'était une réunion au cours de laquelle les informateurs ont fait rapport des différentes réunions bilatérales qu'ils ont eues avec les uns et les autres, de ce que sont les problèmes à aborder. C'est assez facile de savoir ce sur quoi il faut se pencher. Tout le monde est pour le plein emploi, qu'il y ait plus de croissance, de lutter contre la pauvreté ou le réchauffement climatique. La question, c'est comment on y arrive? C'est beaucoup plus difficile et, entre les sept partis à la réunion, on ne peut pas dire qu'il y ait beaucoup de points communs", a ajouté M. Magnette.

Le porte-parole du PS durant la campagne électorale estime d'ailleurs qu'il ne faut pas se concentrer uniquement sur les rapports entre le PS et la N-VA, premiers partis de leur communauté linguistique. Les divergences des socialistes avec les libéraux sont également fortes, comme le sont celles entre Groen et les libéraux ou la N-VA.

Alors que les libéraux ou le CD&V appellent régulièrement PS et N-VA à se parler, M. Magnette a rappelé qu'il y avait d'"autres options que la N-VA" pour former un gouvernement.

Le refus d'Ecolo

Pour rappel, ce dimanche, Ecolo a refusé de participer à la réunion organisée par les informateurs car le parti vert ne souhaite pas prendre langue avec la N-VA.

"Tout nous oppose à la N-VA: vision de société, méthodes, priorités, etc. Nous considérons qu’il n’y a pas la moindre option pouvant associer notre parti à la N-VA. Discuter avec eux autour d’une note pouvant servir de base aux futures discussions de préformation dans la perspective d’une formule majoritaire associant Ecolo et la N-VA n’a dès lors aucun sens", a commenté Jean-Marc Nollet, coprésident d'Ecolo.

Au micro de la RTBF, il a précisé que Ecolo et Groen avaient lié leurs destins : "Si un gouvernement doit se former, les écologistes y sont ou n’y sont pas mais ce sera ensemble". Il est donc acquis que Groen ne gouvernera pas non plus avec la N-VA.

Sur le même sujet