Reynders et Vande Lanotte prolongés jusqu'au 9 septembre : "On continue à croire à un gouvernement avec le PS et la N-VA"

Rédaction en ligne (avec Belga)

Les informateurs Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a) se sont rendus ce lundi à 14h30 au palais royal pour faire rapport au roi Philippe. Leur mission est prolongée jusqu'au 9 septembre.

À la suite de leur rencontre avec le souverain, les deux hommes politiques se sont présentés devant la presse pour expliquer leurs avancées et s'exprimer sur la réunion de dimanche soir, qui a rassemblé le PS, la N-VA, le MR, l'Open Vld, le CD&V, Groen et le sp.a. Le but de cette réunion était de présenter aux sept partis une note de préformation qu'ils ont préparée dans le cadre de leur mission.

"Nous sommes optimistes après la réunion de dimanche soir. Nous avons présenté une dizaine de thèmes aux partis rassemblés", a expliqué Didier Reynders. "On peut dire qu'il y a eu un certain nombre de réactions mais il faudra aller plus dans le détail. Il n'y a pas eu de grandes oppositions aux thèmes que nous avons mis sur la table. Même s'il y a eu des remarques, bien sûr. On connaissait déjà les divergences entre les partis".

Il a poursuivi : "Hier, nous avons eu un refus, celui d'Ecolo. Cela ne signifie pas qu'on ne pourra plus travailler avec eux, évidemment".

"Il faut sortir de la logique des exclusives"

Les informateurs croient encore à un gouvernement composé de la N-VA et du PS. Une coalition les rassemblant est "l'une des formules", selon M. Vande Lanotte, et "peut-être la plus importante car il est logique de rassembler les deux grandes familles au nord et au sud du pays". Le PS a toutefois répété ce lundi qu'un gouvernement avec la N-VA est "impossible" tant le fossé est grand entre les deux partis.

"Un fossé signifie que d'un côté et de l'autre, on doit construire un pont. C'est ma définition d'un fossé", a ajouté M. Vande Lanotte.

Johan Vande Lanotte a appelé chacun des partis associés à la mission d'information de sortir de la logique d'exclure un parti des discussions pour se concentrer sur les thèmes qui forment le contenu des discussions. La Belgique a besoin de compromis, a-t-il insisté. "On doit quitter le principe selon lequel on ne parlera pas avec tel ou tel parti", a souligné M. Vande Lanotte. "La démocratie est basée sur la diversité des opinions mais elle a besoin de dialogue, de compromis, sinon elle meurt".

Les négociateurs continueront les rencontres cette semaine

Le libéral s'est exprimé ensuite sur les chances de réussite à la date du 9 septembre qui, selon lui, sont réelles : "Dans ce contexte-là, il y a 1 chance sur 2 que nous ayons des avancées le 9 septembre". M. Reynders a tout de même calmé le jeu et n'a pas encore parlé de préformation ni de formation à ce stade, mais d'avancées concrètes par rapport à la note présentée ce dimanche.

"Nous cherchons une majorité simple, une réforme de l'Etat n'est pas encore engagée même si les dossiers communautaires sont évidemment débattus", a continué le libéral. "Nous sommes optimistes après la réunion de dimanche soir".

Les informateurs ont également été interrogés sur la situation budgétaire dans laquelle le pays est plongé: "Nous travaillons sur la formation d'un gouvernement. Démarrer une logique de pré-formation, ça n'empêche pas que chacun est conscient des urgences budgétaires", a expliqué M. Reynders.

Sur les négociations dans les entités fédérées: "Nous resterons en contact avec les négociateurs dans les régions mais c'est évident que toute clarification dans les entités fédérées pourraient évidemment nous aider dans notre tâche. Ou pas du tout", a expliqué l'informateur francophone.

Les négociateurs poursuivront les rencontres cette semaine, en entrant dans les détails de la note qui a été présentée aux partis dimanche soir, et un nouveau rapport est attendu le 17 août.