La ministre De Bue a tué dans l'oeuf un nouveau scandale à Charleroi

À Charleroi, l’ISPPC, l’Intercommunale de santé publique du pays de Charleroi, qui chapeaute notamment les hôpitaux Marie Curie et Vésale, est à nouveau pointée du doigt. Après l’affaire de la "machine à rata" couplée à celle des doubles jetons de présence octroyés aux administrateurs, en 2017, l’institution médicale qui emploie 5 000 personnes fait à nouveau parler d’elle. La ministre wallonne de tutelle, Valérie De Bue (MR), vient d’annuler un nouveau poste de direction (à 200 000 euros brut par an) dont la phase de recrutement est pourtant toujours en cours.

20090515 - CHARLEROI, BELGIUM: Olivier Chastel (MR) (L) and his half-brother Thomas Salden (R) give a press conference on the accusations in this morning's Sud Presse newspapers, Friday 15 May 2009 in Charleroi. BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR
20090515 - CHARLEROI, BELGIUM: Olivier Chastel (MR) (L) and his half-brother Thomas Salden (R) give a press conference on the accusations in this morning's Sud Presse newspapers, Friday 15 May 2009 in Charleroi. BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR ©BELGA
À Charleroi, l’ISPPC, l’Intercommunale de santé publique du pays de Charleroi, qui chapeaute notamment les hôpitaux Marie Curie et Vésale, est à nouveau pointée du doigt. Après l’affaire de la "machine à rata" couplée à celle des ...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité