Un huissier aux Affaires étrangères : le ministre Goffin réagit

Le gouvernement espère que la Justice pourra « supprimer, suspendre ou diminuer les astreintes » qui pèsent sur l'Etat belge dans l’affaire qui l’oppose à plusieurs familles de djihadistes qui réclament qu’il rapatrie dix enfants de nationalité belge qui séjournent dans le camp syrien d’Al-Hol.

Ch.Ly. avec Belga
Un huissier aux Affaires étrangères : le ministre Goffin réagit
©Belga

Le gouvernement espère que la Justice pourra « supprimer, suspendre ou diminuer les astreintes » qui pèsent sur l'Etat belge dans l’affaire qui l’oppose à plusieurs familles de djihadistes qui réclament qu’il rapatrie dix enfants de nationalité belge qui séjournent dans le camp syrien d’Al-Hol.

A la suite d’un jugement du 11 décembre, ces astreintes s’élèvent à 5 000 euros par enfant et par jour. Elles ont pris cours le 24 janvier et atteignent aujourd’hui la somme importante de 503 000 euros.

Commandité par leurs avocats, un huissier s’est présenté mercredi matin aux Affaires étrangères pour faire un inventaire des biens qui pourraient être saisis. La saisie est conservatoire. Elle n’est pas exécutée en raison de l’appel fait par l’Etat belge devant le juge des saisies.

De retour ce mercredi soir d’Irak, où il a tenté de comprendre notamment la problématique des Foreign Terrorist Fighters (FTF), de leurs épouses et de leurs enfants, le ministre des Affaires étrangères et de la Défense Philippe Goffin rappelle « que nous avons fait appel de ce jugement et que je ne peux ni ne veux préjuger de son résultat ».

« Le jugement demandait à l’Etat belge de permettre le retour des enfants », dit-il à La Libre Belgique. « Les documents permettant le retour des enfants sont disponibles, les différents services ont fait le nécessaire. A ce jour, ils n’ont pas pu être remis à leurs destinataires qui, je le rappelle, sont dans des camps dans le nord-est de la Syrie, un pays en guerre ».

La situation est dans une impasse. D’une part, les Kurdes syriens refusent de séparer les mères et les 42 enfants belges qui se trouvent dans les camps d’Al-Hol et de Roj. Or le gouvernement de Charles Michel n’a décidé à la fin 2017 de ne rapatrier que les enfants de moins de dix ans. Par ailleurs, le gouvernement interdit aux soldats belges de se rendre en Syrie, y compris dans la partie à majorité kurde, alors qu'ils pourraient aller chercher les enfants.

Philippe Goffin dit avoir fait une visite « très instructive » en Irak et fera rapport au gouvernement. « Je rappelle que ce dossier est géré par le gouvernement » en affaires courantes.

L’affaire fait grand bruit en Flandre. Les enfants concernés sont ceux de Nadia Baghouri, Jessie Van Eetvelde et Sabah Hammani, originaires de la région flamande, et du combattant Adel Mezroui. Les femmes et les dix enfants sont gardés par les forces arabo-kurdes dans le camp de réfugiés d'Al-Hol. Adel Mezroui est, lui, détenu dans la prison kurde d'Al-Hasakah.