Une publicité de la N-VA choque en Flandre: "Bart De Wever dépense de l'argent pour aller à l'encontre des mesures du gouvernement"

J.F.
Une publicité de la N-VA choque en Flandre: "Bart De Wever dépense de l'argent pour aller à l'encontre des mesures du gouvernement"
©belga

Plusieurs personnalités politiques flamandes ont dénoncé ce week-end une publicité sponsorisée de la N-VA allant à l'encontre des mesures prises par le gouvernement.

Sur la publicité publiée sur Facebook, on peut lire, en néerlandais, "Interdire aux gens de s'asseoir sur un banc? Je ne le ferai pas". Prononcée lundi dernier par Bart De Wever sur les ondes de Radio 1 (VRT), cette phrase est manifestement devenue un slogan. Problème? Cette campagne, payante, va à l'encontre des mesures du gouvernement fédéral.

Il n'en fallait pas plus pour faire réagir certains politiques flamands, note Het Laatste Nieuws. 

Sur Twitter, Kristof Calvo , co-chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre, a dénoncé le fait que le bourgmestre d'Anvers "ait dépensé de l'argent pour des publicités contre les directives" du gouvernement alors que "d'autres partis, malgré leurs différences, s'unissent dans la lutte contre le coronavirus". "Moi aussi, j'aimerais que les gens puissent passer du temps ensemble, mais ce n'est pas possible", explique l'homme politique.


Sammy Mahdi, parlementaire CD&V, a pour sa part déclaré que "cette mesure avait été décidée par les experts du Conseil de sécurité". "Soit vous vous comportez comme un bourgmestre, soit vous laissez tomber votre fonction et vous prônez la désobéissance civile avec une pancarte dans la rue."

"L'image ici est pire que la non-interdiction de s'asseoir sur un banc", affirme pour sa part Ben Segers, député sp.a. "Un homme de 49 ans, en costume, sur un banc en plein air. Pas en train de se reposer (puisqu'il n'a pas fait de sport), pas trop vieux pour y aller. Juste "carpe diem". Et puis se plaindre..."

La campagne Facebook a depuis été suspendue.

S'asseoir sur un banc, quel est le problème?

Sur les ondes de la radio publique flamande, Bart De Wever avait critiqué lundi dernier les mesures "peu claires" prises par le gouvernement. "L'activité physique est encouragée, mais on ne peut pas jouer au basket seul? Et s'asseoir sur un banc est interdit? Désolé, mais je ne vais pas interdire aux gens de s'asseoir sur un banc", avait affirmé le bourgmestre d'Anvers.

"Une personne assise sur un banc ne peut pas faire de tort en soi", avait réagi Yves Stevens, porte-parole du centre de crise. "Mais si plusieurs personnes font la même chose, la distance sociale n'est plus respectée", alertait-il. Raison pour laquelle toute personne qui s'assoit un banc pendant le confinement s'expose à une sanction administrative communale d'un montant de 250 euros. Précisons toutefois que, partout dans le pays, des exceptions sont prévues pour les femmes enceintes et les personnes âgées (à condition qu'ils n'y restent pas trop longtemps).