"Les mauvais chiffres à Anvers ont créé des tensions et provoqué un jeu politique entre les libéraux et la N-VA"

"Chacun a essayé de refiler la patate chaude à l’autre, décrypte le politologue Dave Sinardet (VUB et Université Saint-Louis-Bruxelles), lui-même anversois.

Le fédéral n’a pas dévié de sa ligne. "Nous insistons pour que les autorités locales réagissent fermement dans leur commune lorsque la situation se dégrade", a déclaré la Première ministre Sophie Wilmès (MR) à l’issue de la...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité