Le CD&V joue sa survie dans les négociations

Méfiants, une bonne cinquantaine de bourgmestres CD&V auraient préféré ne pas lâcher la N-VA.

Le CD&V joue sa survie dans les négociations
©BELGA
Le CD&V ne voulait pas lâcher la N-VA. Mais son président Joachim Coens a fini par franchir le Rubicon. Sa décision de rejoindre les socialistes, les libéraux et les verts dans une coalition Vivaldi rebaptisée Avanti, provoque toutefois l’incompréhension...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité