La PS bruxellois apporte son soutien total au député Pierre Larrouturou dans son combat pour une taxe sur les transactions financières

La fédération bruxelloise du PS a lancé vendredi un appel à "toutes les forces de progrès" pour redoubler d'efforts dans le combat pour une fiscalité plus juste et un développement durable.

La PS bruxellois apporte son soutien total au député Pierre Larrouturou dans son combat pour une taxe sur les transactions financières
©JC Guillaume
BELGA

Elle a formulé son soutien total à l'eurodéputé français Pierre Larrouturou dans son combat pour l'introduction d'une taxe sur les transactions financières. Le PS bruxellois recevait vendredi Pierre Larrouturou dans le cadre de ses "Midis de la Fédé".

Depuis plusieurs mois, l'eurodéputé mène un combat l'introduction en Europe d'une taxe sur les transactions financières (TTF) qui pourrait rapporter plus de 50 milliards d'euros par an, a souligné le résident de la fédération socialiste Ahmed Laaouej.

Cette contribution d'un très faible taux, mais sur une assiette très large, s'appliquerait aux flux financiers internationaux qui transitent par l'Union européenne.

En plus d'être un frein aux mouvements spéculatifs, cette TTF permettrait de dégager de nouveaux moyens pour faire face aux enjeux du changement climatique, de la coopération au développement, de l'emploi et des investissements publics.

Selon Pierre Larrouturou, "techniquement, tout est près. Il faut maintenant une volonté politique forte. L'heure est grave. Ne pas le faire, c'est se rendre coupable de déni des dangers qui guettent notre monde sur le plan environnemental, sanitaire et social", a-t-il dit aux socialistes bruxellois.

Ahmed Laaouej a souligné pour sa part que "le lobby bancaire fait des ravages en Europe. Nous sommes pourtant à la croisée des chemins et il est temps que chacun soit conscient des enjeux. Certains politiques de droite font obstacle à toute avancée. L'Europe des citoyens et les forces de progrès doivent peser de tout leur poids. Au niveau belge, l'accord de gouvernement fédéral est très clair: il faut aller de l'avant. Nous veillerons à ce que le nouveau ministre des Finances pose des actes concrets au niveau européen", a-t-il conclu.

Sur le même sujet