L’idée d’une Belgique à quatre Régions mûrit au sein de la classe politique belge : les tabous commencent à sauter

La récente sortie de la ministre CD&V Verlinden est vivement critiquée.

Annelies Verlinden
©© Bernard Demoulin
Ses propos, tenus dans le cadre d’une conférence adressée aux étudiants de l’Université de Gand (UGent), ont fait bondir illico la classe politique francophone bruxelloise. Preuve, s’il fallait encore le démontrer, que l’avenir institutionnel de notre pays reste un sujet ultra-sensible. Annelies Verlinden (CD&V) a en effet créé l’émoi chez ses homologues...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité