Comment le PS entend endiguer la progression constante du PTB aux élections

Le PS veut démontrer aux électeurs tentés par le PTB que la place de la gauche est au pouvoir.

Le PS (de Magnette et Di Rupo) a-t-il peur du PTB (de Mertens et Hedebouw) avec qui il a tenté de négocier en 2019 pour la mise en place d’une coalition Coquelicot en Wallonie ?
Le PS (de Magnette et Di Rupo) a-t-il peur du PTB (de Mertens et Hedebouw) avec qui il a tenté de négocier en 2019 pour la mise en place d’une coalition Coquelicot en Wallonie ? ©BELGA
"Dis, Remy, tu ne trouves pas que ça sent bizarre ici ? Ça sent la trouille, Remy, on se rapproche, l’hallali est pour bientôt." Cette phrase prononcée par Benoît Poelvoorde dans le film C’est arrivé près de chez vous incarne de manière plutôt juste les rapports entre les partis de gauche en Belgique francophone que sont le PTB, d’un côté, et le PS, de l’autre. L’un dans les rangs parfois confortables de l’opposition, l’autre au pouvoir, où les actes posés et les décisions prises, en étant toujours le fruit d’un compromis, prêtent souvent à la critique. Le PS, présidé désormais par Paul...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité