Françoise Schepmans: "Il y avait très clairement des fous furieux à Molenbeek, dans une certaine indifférence"

Françoise Schepmans: "Il y avait très clairement des fous furieux à Molenbeek, dans une certaine indifférence"
©BAUWERAERTS DIDIER
Elle fut, pendant un temps, la bourgmestre de la capitale belge la plus médiatisée du globe. Françoise Schepmans s’en souvient au détail près. Pas de la déferlante médiatique dont elle se serait passée volontiers, mais bien du "bashing" dont sa commune a été la cible. Le 11 avril 2016, soit quelques jours après les attentats de Bruxelles, un éditorial cinglant dans le prestigieux New York Times livre un titre pour le moins provocateur...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité